boesman lena ©Théâtre de la Tempête

Hello ! Long time no see, mais tout va bien, me revoilà !

Je ne vais pas souvent (même jamais) au théâtre et je le regrette. Car j’aime beaucoup ça finalement.
Avec Honeydoudou nous avions une très bonne raison d’aller au théâtre. Notre amie Nathalie joue actuellement dans Boesman et Léna de Athol Fugard, mise en scène par Philippe Adrien, au théâtre de la tempête, à la Cartoucherie. Nous avions très envie de la soutenir pour la première représentation, mais aussi de la voir jouer. L’occasion a fait le larron, nous nous sommes dit que c’était aussi une excellente raison pour passer 2 jours à Paris en amoureux.

On est en Afrique du Sud, au temps de l’apartheid. Boesman et Lena sont noirs. Ils vont de bidonville en bidonville. Là, au milieu de nulle part, ils s’arrêtent. Tandis que Boesman construit un abri de fortune, Léna parle. Elle est fatiguée, fatiguée par la vie, fatiguée de marcher, fatiguée de suivre Boesman, d’aller d’un endroit à l’autre. Boesman lui, ne parle pas, mais frappe. Arrive alors un cafre, un nègre. Il est vieux et ne parle pas leur langue. Léna veut qu’il reste, ainsi elle aura quelqu’un à qui parler. Boesman ne comprend pas et devient encore plus haineux, jaloux.
Je suis sortie de cette pièce, émue par l’histoire et saisie par la modernité des thèmes abordés : la discrimination raciale, la pauvreté. Mais aussi la perte des valeurs traditionnelles africaines, l’exclusion, la misère, l’alcoolisme, la violence verbale et physique. Je ne suis ni critique de théâtre, ni même spécialiste, alors le mieux est que vous alliez la voir si vous êtes à Paris. Elle se joue jusqu’au 12 avril, au théâtre de la Tempête, à la cartoucherie.

Chassés d’un bidonville par le bulldozer de l’homme blanc, Boesman et Léna, un couple de « bruns » – métis, errent jusqu’à un terrain vague où lui va, une nouvelle fois, construire un abri. L’arrivée d’un vieux Bantou – pour eux, un « nègre », un cafre – bouleverse leur relation : elle croit possible le dialogue ; lui ne comprend pas, se montre jaloux, haineux… Qu’est-ce qui est mutilé ? Placés dans une situation invivable, Boesman et Léna sont à la fois bourreaux et victimes… En somme, une histoire d’amour où chacun représente le destin de l’autre.

boeman et lena

Théâtre de la Tempête – Cartoucherie
route du Champ-de-Manœuvre
75012 Paris
réservations : 01 43 28 36 36 / billetterie en ligne
email : theatre@la-tempete.fr
www.la-tempete.fr