Cette année, je n’arrive pas vraiment à me mettre dans l’ambiance de Noël. Pourtant j’adore cette période de l’année, mais en 2016, ce n’est pas vraiment ça … Peut-être parce que j’ai hâte que l’année se termine.
Peut-être aussi parce que ce Noël sera particulier, différent des autres. Cette année, la famille est un peu éclatée et nous ne serons pas aussi nombreux dans la maison familiale. Cette année, ma mère passera Noël avec ma plus jeune soeur, aux Etats-Unis. Elle ne sera pas là pour lire « Twas the night before Christmas ». Je crois bien que je suis la seule à tenir à cette tradition. Les enfants bougent dans tous les sens et s’impatientent (il faut dire que le poème est très très long), mais j’aime entendre ma mère lire ce poème. Ça me rappelle quand j’étais petite et qu’elle nous lisait The Chronicles of Narnia, soir après soir, chapitre après chapitre, livre après livre. Mon frère sera en Bretagne. Mes nièces seront avec leur mère. Les enfants de ma soeur avec leur père.
Et puis, les enfants sont tous grands maintenant et ne croient plus au Père Noël. Comme j’aimais quand ils avaient les yeux brillants à l’évocation de Noël, du père Noël, des lutins et des rennes. Comme j’aimais à les voir s’imaginer le père Noël et son traineau, préparer le plateau avec un bout de gâteau et un verre de lait, des carottes pour les rennes, et aussi cette tradition du matin de Noel ou tous les enfants, dans le couloir, attendaient avec impatience que tout le monde soit prêt pour pousser la porte et découvrir leur cadeaux. Ces cadeaux que nous, les grands, les parents, une fois les enfants à l’étage, installés devant un film, avions emballés toute la soirée et puis méthodiquement disposés autour du sapin. Ce moment, c’était aussi un moment entre nous, les frères et soeurs. Un de ces moments qui, lorsqu’on est adulte sert à prolonger encore un tout petit peu l’enfance, avant qu’elle ne disparaisse tout complètement.

Demain, autour de mon père, ma soeur Karine, son chéri, Honeydoudou, les enfants et moi, nous fêterons Noël autour d’un déjeuner. Sans ma mère et les autres frères et soeurs, neveux et nièces. Nous ne découvrirons pas les cadeaux au pied du sapin, mais nous nous les offrirons. Papa a acheté un chapon, Karine fera le Christmas Cake et amènera les huitres, le saumon et la bûche, et moi le foie gras et du caviar. Quelques bulles aussi.
Ce sera différent, mais ce sera bien.

Je vous embrasse et j’espère que vous aussi passerez un joyeux Noël, entouré-e(s) de ceux que vous aimez. Avec une pensée spéciale pour tous ceux qui n’ont pas cette chance, qui sont seuls, et qui sont loin de chez eux.

Merry Christmas to you all !