restaurant porte quinze bordeaux

J’ai écrit sur le restaurant Porte Quinze dans mon dernier article pour ma rubrique gourmande de Bordeaux 7. Comme vous savez, depuis 4 ans, tous les mois, j’y “parle” d’un restaurant pour lequel j’ai un coup de coeur avec une recette de cuisine. Et, il faut dire qu’en terme de restaurants, à Bordeaux, nous avons le choix. D’après ce classement Atabula, Bordeaux est la ville où l’on mange le mieux au restaurant, et d’après les chiffres de l’Office de Tourisme, c’est la ville française qui compte le plus de restaurants par habitant (1 restaurant pour 285 habitants).

Restaurant Porte Quinze

C’est Benjamin et Jonathan du restaurant l’Originel qui m’ont parlé du restaurant Porte Quinze de Gilbert Okoin. C’est un petit restaurant discret dans une rue presque perdue entre l’église Saint-Pierre et le Grand Bar Castan. Il faut donc connaitre l’adresse pour tomber sur ce petit bijou de restaurant.

Gilbert Okoin est arrivé à la cuisine un peu par hasard. Embauché comme plongeur dans un restaurant pour une saison, il est fasciné par ce que le chef arrive à créer de ses mains. C’est décidé, il sera cuisinier. Après un CAP, il choisit de travailler avec les meilleurs pour apprendre plus et mieux : Jean Ramet, Michel Trama, Nicolas Frion, … . Ils deviendront sa famille de cuisine.

Je voulais quelque chose de petit. Ce qui m’intéresse dans la cuisine, c’est m’occuper des gens. Comme si je les recevais à la maison.

Une expérience à l’étranger et quelques années plus tard, il revient à Bordeaux pour ouvrir son propre restaurant. C’est un peu le rêve de tous les cuisiniers : avoir un lieu où développer et exprimer sa propre cuisine en toute liberté. Le restaurant Porte Quinze ne compte que 20 places, Gilbert Okoin souhaitait un lieu à taille humaine, pour accueillir les clients du mieux possible et qu’ils se sentent un peu comme à la maison.

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

Une cuisine sincère

La cuisine de Gilbert Okoin est comme lui : sincère. Il propose une cuisine française soignée et élégante. Tout y est : la précision, la technique, la justesse du goût et la touche de fantaisie. Les cuissons sont parfaites, et les saveurs intactes. Une cuisine qui revient aux sources de la gastronomie française. Les assiettes sont belles, soignées. Côté décoration, le lieu est beau et sobre. Du bois, du noir, du gris et une touche de couleur avec les (très belles) photographies de Philippe Exbrayat. Comme pour souligner que ici, seule la cuisine compte.

J’adore l’acidité. L’acidité amène en bouche, la longueur. C’est ce que j’ai envie de traduire dans un plat. Quand je créé un plat, je pense toujours à l’acidité.

Le rapport qualité/prix est imbattable. Le menu du midi est à 18/21 euros et change toutes les semaines – le jour où j’y ai déjeuné, avec mon ami Jean-Louis : crème de chou-fleur, cuisse de volaille de Bresse farçie aux petits légumes pour moi, mousseline de poisson, émulsion aux barbes de Saint-Jacques et truite, sabayon de Ponzu pour lui, et diamant de fruit de la passion au dessert. Le soir, le restaurant propose deux menus à 35 et 45 euros, qui changent tous les 15 jours, ou selon les arrivages et envies du chef.

Ce petit restaurant, croyez-moi, va vite compter parmi les grands. Mon conseil : allez-y maintenant avant que l’adresse ne soit trop connue. 😜

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

restaurant porte quinze bordeaux

Porte 15
15, rue Emile Duployé
33000 Bordeaux

tél : 09 61 65 60 19
Facebook  restaurantporte15
Instagram  restaurantportequinze

Ouvert du mardi au samedi, de 12h à 14h00 et de 19h30 à 21h30
Nota : le restaurant Porte 15 sera ouvert le 31 décembre et proposera un menu d’exception pour le réveillon de la Saint-Sylvestre (90 euros)

Pour finir : je ne pouvais pas non plus être insensible au fait que Gilbert Okoin soit originaire de la Côte d’Ivoire et représente un exemple de notre diversité culturelle. Un nouveau visage dans le monde de la gastronomie française, qui permettra, je l’espère, aux plus jeunes de s’identifier et qui sait, d’avoir envie de suivre le même chemin et explorer de nouveaux horizons.