carnaval guadeloupe

L’année dernière, nous avons passé des vacances en Guadeloupe. Pile au moment du carnaval, notamment des jours gras (les jours de fête !). Assister à un carnaval aux Antilles faisait partie de ma bucket list depuis plus de vingt ans. Depuis que mon amie Frantze, à l’époque où nous étions étudiantes, me racontait le carnaval de sa Martinique natale et toute l’ambiance qui allait avec. Depuis, j’avais envie de vivre ces moments là.

Le carnaval est un moment important dans l’année, c’est la grande fête des Antilles. Quand Honeydoudou a proposé qu’on parte fêter ses 50 ans en Guadeloupe, il a ajouté avec un grand sourire “et ce sera la période du Carnaval”. En Guadeloupe, le carnaval est une manifestation culturelle majeure, attendue chaque année par tous les guadeloupéens. C’est aussi un des événements touristique le plus attendu. Honeydoudou a passé beaucoup de temps aux Antilles plus jeune, et il adore l’ambiance de fête de cette période.

Le Carnaval en Guadeloupe

Les festivités liées au carnaval en Guadeloupe débutent le dimanche qui suit l’épiphanie et se terminent le Mercredi des Cendres. Elles atteignent leur paroxysme lors des jours gras. Et nous étions en Guadeloupe pour les jours gras !

A notre arrivée, nous avons tout de suite regardé les dates des différents défilés pour décider ceux auxquels nous irions. En concertation avec tout le monde, nous avons décidé d’assister à la parade du dimanche gras à Pointe-à-Pitre et à celle du mardi gras à Basse-Terre. Deux parades c’était bien assez pour les enfants, qui pendant toutes les vacances, n’ont pensé qu’à une seule chose, et cela dès qu’ils posaient le pied par terre le matin : quelle plage choisir pour se baigner et aller se régaler d’un poulet boucané et de sorbet coco.

Ce qui m’a le plus frappé, c’est l’ambiance de fête dans toute l’île pendant les jours gras. Les gens vont assister à la parade en famille. On installe les chaises pliantes, les parasols, on sort la glacière et on passe toute la journée à applaudir, chanter. Nous bien sur, nous n’avions rien prévu, on a donc passé du temps à chercher des trucs à boire, à manger, trouver de la place pour voir le défilé, trouver de l’ombre quand il y avait du soleil et de quoi s’abriter quand il y avait des averses. Les enfants ont été marqués par l’ambiance familiale et festive des parades, et ce qui leur a plu également, c’était de voir que les familles entières – du plus jeune au plus vieux – s’installaient pour voir les parades.

Les costumes étaient flamboyants et l’ambiance dans les rues parfois vivante, parfois calme. J’ai essayé de prendre des photos de tout ce que je trouvais beau : les reines du carnaval, les costumes, les participants, jeunes, moins jeunes, les corps, minces, ronds, gros, tous différents et tous beaux, le défilé qui parfois s’arrêtait à cause de la pluie, et les participants qui parfois relâchait la pression et se mettaient à parler, marcher, se rhabiller … des instantanés de carnaval.

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

Histoire du Carnaval aux Antilles françaises

Lorsque les colons catholiques s’installent aux Antilles au 17ème siècle, ils apportent avec eux leurs coutume. Avant le jeûne du carême, pendant la période de carnaval, ils donnent de belles réceptions et bals masqués dans les propriétés des uns et des autres. Les esclaves n’ont pas le droit de participer à ces festivités, mais développent leurs propres fêtes en y ajoutant leur touche : les masques en hommage à leurs origines africaines, les chants, leurs croyances et les percussions. Les maitres autorisent alors la constitution de cortèges et défilés sur la propriété.

Le Carnaval est aussi l’occasion de se moquer de leurs maitres sans avoir peur des conséquences. Les esclaves s’inventent des costumes pour imiter le maitre, des chansons pour se moquer des maitres et exprimer son sentiment face à l’oppression. Ils profitent de ces moments de “liberté” pour se réappoprier les divinités, spiritualités, musiques et masques d’Afrique. Une façon de revenir à leurs origines et de supporter et résister à l’esclavage. Ces jours de fêtes se terminaient le mardi gras pour les maitres, le carême commençant le mercredi. Les esclaves, eux continuaient jusqu’au mercredi des cendres.

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

Une tradition européenne, des apports africains

Le carnaval est un des événements les plus important de l’archipel pour tous les antillais. Le Carnaval c’est une période de fête qui permet aux chrétiens de profiter de tous les plaisirs avant le Carême, période de jeûne et de privations, dans laquelle toute alimentation carnée est proscrite, qui commence le mercredi des cendres et dure 40 jours. Le carnaval aux Antilles a des racines ancrées dans les traditions culturelles européennes, mais avec des apports africains et amérindiens très marqués.

Dans le défilé du carnaval, il y a beaucoup de symboliques, liées notamment à l’histoire spécifique des Antilles, notamment l’appropriation des esclaves de la tradition carnaval pour en faire un moment de lutte et celle des peuples d’origines. Si on ne les connait pas avant, on ne peut pas pleinement apprécier et comprendre les références dans les défilés : les fouets, les masques, les tambours… .

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

Les jours gras

Les jours les plus festifs sont les jours gras, du dimanche au mercredi des cendres. Généralement chaque jour a sa thématique.

Le dimanche gras, les couleurs et les défilés masqués avec les fouets qui claquent et qui rappellent les années d’esclavage. Dans l’île, les gens circulent déguisés et masqués, en faisant claquer leur fouet et arrêtent les automobilistes pour leur demander une pièce ou deux. Tout ça, toujours, dans un esprit de fête.

Le lundi gras est le jour des mariages burlesques. C’est le lundi, qu’a lieu la parade nocturne.

Le mardi gras, c’est la fête des diables rouges. Les diables rouges accompagnent les chars où se trouve le roi du Carnaval, Vaval.

Le mercredi des cendres, c’est le jour du grand “déboulé”. C’est l’apothéose du Carnaval : la mort de Vaval, le roi du Carnaval, brulé par les diablesses en noir et blanc. Vaval représente tous les évènements douloureux de l’année écoulée. Durant le dimanche gras, il fait le tour de la ville et quand vient le mercredi des cendres, il est entièrement brûlé. Le roi Vaval est souvent à l’effigie d’un personnage connu (ou symbolise une thématique). L’acte de le bruler symbolise la purification des âmes et permet d’enterrer tous les éléments négatifs de l’année qui vient de se terminer afin de démarrer l’année suivante sur de bonnes bases. C’est également le moment qui signe la fin des festivités pour laisser la place au carême, période de restriction et de rigueur.

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

Infos pratiques / utiles

Beaucoup de commerces sont fermés à l’occasion des jours gras. Le mardi gras et le mercredi des cendres sont des jours fériés en Guadeloupe.
Si vous voulez assister à une parade, prévoir d’arriver très tôt pour non seulement éviter les embouteillages, mais aussi trouver une place pour vous garer. Les centre-villes sont souvent fermés à la circulation lors des journées de parades.
Se renseigner sur le circuit et les dates des parades dans les différentes villes.
Prévoir une chaise pliante et des parasols (et surtout de quoi boire et manger) si vous voulez assister à toute la parade.

À noter : en Guadeloupe on prend part au “déboulé” (on marche d’un pas rapide et cadencé). En Martinique, on court le “vidé” (on saute on danse).

carnaval guadeloupe

carnaval guadeloupe

Si tu as aimé cet article, n'hésites pas à le partager ! Merci <3
  • 9
    Partages