saint honoré patisserie s bordeaux

Une semaine sous le signe des amis et des soirées qui sortent du quotidien. Ou plutôt qui embellissent le quotidien. Je crois bien que sur les sept jours que compte la semaine, j’ai passé cinq soirées à boire des coups avec des amis et manger des bonnes choses. Il y a alors une petite voix qui me dit, ohlala Joëlle, tu exagères, c’est trop. Et puis une autre voix qui ajoute : mais non, ce sont des moments précieux, profites en, on ne vit qu’une fois. Par contre, ma balance, elle, elle ne parle que d’une seule voix. Pourtant, lundi matin, rien de tout cela n’était prévu. C’est ça non, la vraie vie, quand rien ne se passe comme tu l’avais imaginé.

une semaine la vraie vie kind of

Lundi, c’est mon ami JLS qui sonne à l’improviste pour un déjeuner sur le pouce au Café Kokomo. L’ambiance est sympa, les serveurs adorables, la déco trendy, mais les associations dans le salad bowl un peu bizzare, genre des lentilles tièdes avec une sauce tartare. Curieux.

Mardi soir, je voulais juste dire bonjour à un copain. Je me suis retrouvée dans l’arrière-boutique. Il m’a dit : qu’est ce que tu veux boire ? J’ai dit : c’est trop tôt pour l’apéro ? Il m’a dit : rhalala, moi qui voulais aller courir… Et puis, il a sorti une bouteille de Clairet, un plateau de fromage, une baguette qui sortait du four… et puis il a sorti une deuxième bouteille de Clairet, et s’est mis à faire des beignets d’aubergines. C’est pas la saison … je le lui ai dit d’ailleurs, il m’a répondu en souriant : oui, bon, mais c’est bon. C’est vrai, c’est tellement bon. Et puis du boudin, et puis du saucisson… et mon verre qui se remplissait comme par magie. À 19h45, j’ai réalisé qu’il était l’heure de rentrer faire à manger aux enfants (la vraie vie). En se quittant, le copain m’a dit : tu vois, dans 10 ans, on s’en rappellera de cette soirée où on a bu du clairet et mangé des beignets d’aubergines. La vraie vie. Un petit goût de bonheur, aussi.

Mercredi, c’était une après-midi avec mon fiston Elie. Boutiques pour trouver une jolie pochette à offrir et gouter à la Pâtisserie S. St-Honoré pour lui, et Oyatsu matcha pour moi. Petit moment en tête à tête avec mon chouchou. Les moments comme ça l’air de rien, propices aux confidences et à tisser cette complicité que je chéris. Le soir, petit diner et ti-punch et colombo de poulet s’il vous plait ! chez notre ami Alain, pour dire au revoir à sa grande qui part un an jeune fille au pair aux USA. J’adore voir grandir les enfants que j’ai connu enfants. J’aime cette période de l’adolescente et du début de l’âge adulte chez eux. Cette période entre 14 et 22 ans est tellement charnière que j’encourage toujours les jeunes autour de moi à vivre à fond leurs rêves et tenter toutes les expériences qu’ils souhaitent. Evidemment, je ne parle ni de drogue ni d’alcool. Evidemment.

Jeudi, je déjeunais dans un des restaurants que j’adore, le restaurant Porte Quinze. J’avais prévu de déjeuner à l’eau, histoire de faire une trêve, mais c’était sans compter le chef qui voulais me faire déguster un vin blanc avec mon entrée. Le restaurant a ouvert en novembre et si vous ne l’avez pas encore découvert, allez-y, vraiment ! Réservez avant c’est un tout petit restaurant. Je vous en parle de cette pépite dans cet article.

Vendredi, j’ai déjeuner chez mon amie Bergeou. Ça faisait longtemps qu’on ne s’était pas vues. Bergeou m’avait dit, viens ça me fait plaisir de te faire à manger. Un déjeuner entre filles, ponctué par les sourires de son bébé. Les frites de patates douces, et les oeufs cocotte, c’est la vie aussi. Et puis le soir, apéro improvisée avec mes amis Jean-Louis et Hervé, chez Fred, à St-Pierre, où les serveuses sont cools et souriantes. Le rituel là-bas : Martini blanc, citron vert, tonic. Et même si il faisait un peu froid, au moins il ne pleuvait pas. On s’est mis en terrasse, histoire d’être dehors, parce que, sérieusement, on n’en peut plus de la pluie.

Samedi, on a fêté l’anniversaire de ma soeur Karine, en famille, et c’était bien, comme toujours. Une soirée cadeaux, rires, et bon manger. On s’est régalé d’un saumon au four et bien sur on a chanté Happy Birthday en toutes les langues. Même en malgache et en marquisien.

Dimanche, journée hygge-pyjama-coocooning. J’ai écouté en podcast, les émissions que je n’ai jamais le temps d’écouter, notamment On va déguster, mon émission chouchou. Vers 18h00, on a fait un gâteau basque  en 10 minutes, avec une préparation Jock trouvée au fond du placard. La composition n’est franchement pas top, je préviens. Elie m’a demandé si on pouvait se faire des plateaux-télé. J’ai dit oui. Il m’a dit : je m’occupe des sandwiches maman. J’ai dit : je fais des frites de patates douces pour aller avec.

En me couchant hier soir, je me suis dit que cette semaine avait été chouette et que la vie était tout de même bien douce. Surtout avec les amis, la famille, des ti’punch, des saumon au four, martini-tonic, colombo poulet, tartines d’avocat, cidre et frites de patates douces.

dejeuner healthy