station ski pyrenees ax 3 domaines

Nos premières vacances à la montagne, au ski, c’était en février. Nous sommes partis passer quatre jours dans un très joli coin de France, dans les Pyrénées, à Ax 3 Domaines. Pour les garçons, Honeydoudou (un jour quand il avait 18 ans, ça ne compte pas) et moi, c’était une vraie première. Parce que nous, voyez-vous, nous ne sommes pas trop team froid et neige, nous c’est plutôt team #enfantsdusoleil, Esteban, Zia, Tao, les Cités d’Or. Généralement pour les vacances, nous essayons plutôt de partir vers le chaud. Genre Cuba, l’Andalousie, la Guadeloupe, le Sénégal

Quand j’ai reçu cette invitation à aller skier quatre jours en famille, ma première réaction fut d’ailleurs de préciser que nous ne savons pas skier, et que nous n’étions jamais allés en vacances au ski. Personnellement mon expérience la plus proche en terme de ski était d’être fan du film “Les bronzés font du ski”.

Nous avons donc acceptés, curieux et enthousiastes de partir à la découverte de la station de ski Ax 3 Domaines, située à Ax-les-thermes, en Ariège.

Il y aura deux articles pour raconter ce séjour à la montagne. Je ne savais pas bien comment vous raconter tout cela alors j’ai listé mes impressions et conseils sur la montagne, la station d’Ax 3 Domaines et tout ce qu’il y a autour du ski dans ce premier article. Dans le deuxième, je vous raconte le séjour plus en détail et les activités hors ski. Parce que on n’est pas obligé de faire du ski lorsqu’on part en vacances à la montagne.

La montagne

Le premier sentiment en montagne, c’est l’impression de liberté, celle que l’on ressent généralement dans les grands espaces. Il y a aussi cette nature omniprésente et la majesté des montagnes. On se sent tout petit face à cette montagne, ça rend humble. Il y a aussi la beauté. La beauté des paysages enneigés, et parfois même un sentiment d’ailleurs dans cet univers tout blanc. Plus on monte vers les sommets, plus ces sensations sont précises. Et puis, finalement, il y a ce sentiment de calme, de tranquillité dans ce silence ouaté. La montagne vide la tête. J’ai adoré, et ces quatre jours m’ont fait un bien fou.

Et puis la neige, partout. Les enfants étaient comme des dingues à faire des boules de neige non-stop, à faire des batailles, et à se rouler dans la neige et à essayer de glisser sur la neige. En partant ils m’ont dit qu’ils regretteraient les paysages magnifiques et les couchers de soleils incroyables.

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

J’ai aussi beaucoup aimé les architectures des infrastructures du domaine. Des formes inhabituelles posées sur ces montagnes, et qui se détachaient du manteau blanc tout autour. Cela renforçait ce sentiment d’être ailleurs. Une impression d’irréel, parfois.

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

La station Ax 3 Domaines

Quelques chiffres : le domaine skiable d’Ax s’étend sur 3 secteurs : le Domaine de Bonascre (entre 1400m et 2000m d’altitude), le Domaine du Saquet (entre 1800 et 2300m) et le Domaine des Campels (2400m). C’est plus de 80 km de pistes dans une magnifique région des Pyrénées. C’est aussi un espace sécurisé de 10 000m2 au pied des pistes avec trois remontées mécaniques pour débuter le ski de manière très progressive : l’Espace Evolution.
Nous avons trouvé la station très agréable. On y a croisé des familles, des bandes d’amis, de jeunes et moins jeunes. J’ai beaucoup aimé l’ambiance chaleureuse de la station, et les commerçants très sympa. Il y avait bien sur énormément de gens adeptes du ski, mais j’ai été étonné par la popularité du snowboard.

Le conseil : pour tout savoir de la station, des forfaits, des offres et des activités proposées, rendez-vous sur le site d’Ax 3 Domaines, la page facebook et le compte Instagram.

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

Apprendre à skier

Honeydoudou, Adam et Elie ont eu trois leçons d’une heure avec Gérard, un des super moniteur de l’Ecole du ski Français. Après ces 3 heures, ils étaient prêts à descendre (en douceur) une piste verte. Adam et Issa ont tenté une piste verte après les 2 premières leçons, avec beaucoup de prudence et d’attention. Elie étant un peu casse-cou et tête brulée, on lui a suggéré de s’entrainer encore un peu plus dans la zone évolution. Après la troisième leçon, ils étaient bien plus confiants, et après avoir re-tenté une piste verte, ils ont fini avec une piste bleue. Adam nous a avoué qu’il ne pensait pas “que c’était aussi difficile de rester debout sur les skis et d’avancer sans tomber.” Les deux n’ont pas arrêté de dire que c’était génial tout au long des quatre jours. Il faut dire qu’ils n’ont pas arrêté. Dès que la leçon était terminée, ils allaient sur le parcours évolution et s’entrainaient non stop. Quand ils ont pu descendre les pistes, c’était le grand bonheur.

Le conseil : si vous prenez des leçons de ski, idéalement il faut compter 4 heures de leçons pour une bonne initiation. Honeydoudou et les garçons sont très sportifs et physiques, et ont trouvé que les trois heures de leçons étaient un minimum pour acquérir les bons gestes et réflexes.

Vous savez ce qui va pas monsieur Dusse ? C’est le planté du bâton.

station ski pyrenees ax 3 domaines

cours de ski station ski pyrenees ax 3 domaines

elie station ski pyrenees ax 3 domaines

La glisse

Les sports de glisse demandent finalement beaucoup de coordination, endurance, équilibre et efforts physiques. Même plus jeune, je n’ai jamais été à l’aise avec les sports de glisse ; j’ai toujours eu un problème avec la coordination et l’équilibre. J’avais donc décidé de ne pas en faire et ai renoncé aux cours de ski.

Avec la glisse, il y a aussi ce sentiment de liberté qu’elle procure. Il y a aussi dans les chutes, comme une impression de retour à l’enfance et à l’insouciance. Enfant, on tombe beaucoup, et ce n’est pas grave. Adulte, on fait tout pour ne pas tomber. Au ski, on tombe, on redevient (un peu) enfant.

J’ai tout de même pu expérimenter le plaisir de la glisse et d’une descente en Snake-Gliss. Et c’était génial. Nous étions deux familles. Le principe du Snake Gliss, ce sont des luges individuelles accrochées les unes aux autres, et qui forment une sorte de train-serpent piloté par un guide. J’étais juste derrière Michel, notre guide, à la place la plus calme, les garçons avaient décidé de se mettre en queue et ont eu beaucoup plus de sensations. 4,5 kilomètres de glissade sur une piste bleue. Entre vitesse, gadins et beauté du paysage, on a eu (un peu) peur, on a rit, et on a admiré. On a tous adoré ce super moment !

Parce que la neige elle est trop molle pour moi… c’est trop dur!

L’importance du bon équipement

Avant de savourer les plaisirs du ski, il y a plusieurs choses à comprendre et à apprivoiser : l’équipement et toute la logistique qui va avec. S’habiller, se chausser, fermer les chaussures de ski, porter ses ski et les bâtons, marcher en chaussures de ski, se découvrir dès qu’on arrête de skier parce qu’on a trop chaud, chausser les ski et les déchausser… tout cela demande quelques automatismes à intégrer.

Les chaussures de ski, c’est presque de la haute technologie. Il faut être à l’aise dedans, serré mais pas trop, mais bien serré tout de même. Idem pour le casque. Mesures de sécurité oblige. Ensuite il faut apprendre à marcher avec les encombrantes chaussures quand on n’a pas les skis aux pieds. Ce fut parmi les choses les plus “contraignantes” pour les garçons. Il faut dire que ça change des baskets et des tongs.

Pour nous équiper, nous sommes allés dans le magasin Intersport, de Savignac-les-Ormeaux, l’Eskimo Sport. Après mesure des têtes et essayage en règle des chaussures de ski, apprentissage pour les chausser et les verouiller, les garçons sont sortis de là prêts à prendre leur première leçon.

Le conseil : prendre le temps qu’il faut pour essayer chaussures et casque. Ne pas hésiter à signaler la moindre gène qui peut après quelques heures de ski se transformer en douleur et vous faire repasser par la case magasin de location pour à nouveau essayer d’autres modèles.

Le mot pour définir tout cela c’est : encombrant. Le ski c’est encombrant. On est tout le temps encombré, sauf quand on ski (en fait). Entre le matériel, les vêtements qu’on enlève on remet en fonction du soleil (il tape en montagne), bref … les journées au ski, c’est toute une logistique, qu’il a fallu vite maitriser.

elie station ski pyrenees ax 3 domaines

Les vêtements de ski

Evidemment nous n’avions rien pour des vacances au ski. J’ai fait appel aux copines qui ont l’habitude de skier. Merci Bergeou, Véro, Isabelle et Constance pour nous avoir tout prêté : les combinaisons des garçons, les lunettes, les gants, les pantalons et vestes de ski pour Honeydoudou et moi. Nous avons acheté les après-ski et chaussures de marche. Nous avons pris les modèles d’après-ski qui font également chaussures de marche et j’ai investi dans des chaussures de randonnées (et marche dans la neige), en me disant que ça pourra toujours me servir un jour …

Si j’ai autant apprécié ces vacances à la montagne, c’est parce que je n’ai jamais souffert du froid. Ça n’a l’air de rien, mais je déteste tellement avoir froid. Mon arme : la technique de l’oignon. Sous les combinaisons et pantalon de ski, nous avions des caleçons longs pour isoler et protéger de l’humidité. Et pour se couvrir le haut, des tee-shirts manches longues heattech de chez Uniqlo, une polaire et une doudoune sans manche sous le blouson de ski ou le haut de la combinaison. Et quand il faisait trop chaud, on enlevait les couches de vêtements.

Le conseil : la technique de l’oignon et avoir des vêtements avec plein de poches pour y mettre les barres de céréales et une petite bouteille d’eau.

garcons a la neige froid

La logistique / les transports

Je ne suis pas très bonne pour m’orienter dans un nouveau lieu, et j’ai du “étudier” le plan de la station avant de pouvoir suffisamment me repérer dans l’espace entre la station et le haut des pistes, et de comprendre les différentes possibilités d’accès.

À Ax-les-thermes (700m), nous prenions le téléphérique jusqu’à la station située sur le plateau de Bonascre (1400m). C’est là que se trouvent quelques commerces, restaurants, l’espace évolution pour apprendre à skier et c’est l’arrivée de pas mal de pistes. Du plateau de Bonascre, on peut prendre un autre téléphérique (plus petit) que tout le monde appelle “les oeufs”. Les oeufs nous emmènent en haut du domaine de Bonascre (on est à 2000m d’altitude). Tu peux aussi prendre le télésiège (ou tu es assis dans le vide) quand tu veux garder tes skis aux pieds.

Au début, j’ai trouvé ça bien compliqué toute cette logistique, et les garçons qui devaient porter leur ski trouvaient ça lourd et encombrant le premier jour, mais dès le deuxième jour, ils étaient rodé et c’était plus facile. A la station, nous avons utilisé une consigne, ce qui était bien pratique. Nous n’avions pas à nous trimballer les ski, bâtons, chaussures de ski lorsque nous redescendions à Ax-les-thermes.

Je vous avoue que je devais gérer autre chose à chaque fois qu’on montait dans une cabine téléphérique, c’était mon appréhension du vide. Et surtout mon appréhension d’être dans une bulle qui est suspendue très haut et qui littéralement ne tient qu’à un fil. Un gros fil, mais bon. Et comme tu ne fais que ça en fait, monter dans une cabine, descendre, monter dans une autre, j’ai passé de bons petits moments de stress (surtout quand tout s’arrête et que tu te retrouves immobilisé au dessus du vide). Stress absolu. Mais quand je voyais tout le monde, hyper habitué, monter dans ces cabines comme elles montent dans le bus, je me disais allez hop, c’est rien.

Il y a eu ce moment aussi où j’ai retrouvé les garçons en haut des pistes et pris le télésiège pour les accompagner sur un autre lieu et où le télésiège s’est arrêté 3 minutes (dans ma tête, ce fut 10 minutes) et où tout le monde s’est mis à chanter “quand te reverrais-je, pays merveilleux”. Tout le monde, sauf moi, trop concentrée à ne pas paniquer.

Le conseil : mettre ton pass dans la poche de ta manche ou à l’intérieur du blouson (et l’y laisser) pour ne pas avoir à la sortir à chaque fois qu’il faut prendre un téléphérique et/ou l’oublier à la maison.

Quand te reverrais-je ? Pays merveilleux ! Où ceux qui s’aiment, vivent à deux !

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

station ski pyrenees ax 3 domaines

Infos pratiques / utiles

Se rendre à Ax-les-thermes :
– En train depuis Paris, Bordeaux, Poitiers, Tour et Nantes, en TGV, avec un changement à Toulouse. Il y a également un Intercité de nuit, au départ de Paris (départ en début de soirée, arrivée le matin). La gare d’Ax-le-thermes est très bien desservie au départ de Toulouse.
– En voiture. Compter 3h30 de trajet au départ de Bordeaux, et 1h40 de Toulouse.

Bon à savoir :
– La SNCF propose un forfait ski-rail avec le TER Occitanie qui relie Toulouse à Ax-les-Thermes. Tous les renseignements en cliquant sur ce lien.
– Ax 3 Domaines propose régulièrement des offres sur les forfaits, des bons plans d’hébergement, et locations de ski. Consulter régulièrement le site pour les connaitre.

Merci aux partenaires de ce séjour :
le magasin Intersport de Savignac-les-Ormeaux, l’Eskimo Sport et son équipe, très sympa.
– l’Ecole du ski Français (ESF) pour les cours de ski, et Gérard le super prof.
Azimut 360 pour la descente en Snake Gliss
– le Camping Le Malazéou pour l’hébergement

Merci à We Like Travel et à Ax 3 Domaines pour cette invitation👌. Et merci infiniment à Cyril qui nous a permis de plus encore apprécier ce séjour.

station ski pyrenees ax 3 domaines