Happy Independence Day !


Je n’ai jamais vécu aux Etats-Unis, pourtant, je me sens autant Américaine que Française ou encore Camerounaise. Ces cultures coulent dans mes veines, à différents niveaux certes, mais tout autant fondateurs de mon histoire personnelle.

maman graduate collegestatue de la liberte à bordeaux

Mon américanité a été bercée, enfant par les histoires de Humpty Dumpty, Laura Ingalls Wilder, the Gingerbread Man… Une enfance au rythme des premiers livres lus – la Petite maison dans la prairie, the Prince and the Pauper…, des Birthday Parties & des Raggedy Ann que cousait ma mère…
Une enfance au son d’Elvis Presley, Willie Nelson, Johnny Cash, Porgy & Bess… Une enfance au milieu de photos de famille – entourée de tenues de graduates, des robes de bal, des uniformes – un grand-père, 4 oncles, 1 tante dans les Marines du côté maternel. Une enfance au goût des « home made cakes and cookies » – on y mettait des ananas et des mangues plutôt que des pommes, mais l’esprit était bel et bien là…

catch dreamer

Et puis une adolescence au rythme de Michael Jackson, Madonna, Prince, Run-Dmc, MC Hammer, Bruce Springsteen… Ce sont les poèmes de Emilie Dickinson, Maya Angelou, Walt Whitman… ce sont les livres de Faulkner et de Mark Twain qui me comblent… et puis, mes premiers cobblers, les banana bread… Et aussi, les après-midi vidéo, avec en boucle, la folle journée de Ferris Bueller, Karate Kid, le Cosby Show, Steven Spielberg & E.T, Indiana Jones, Rain Man & Top Gun….
Et puis adulte, c’est au rythme de la Couleur Pourpre & de la Soul Food que mon américanité s’exprime. C’est, à 30 ans, un périple de Chicago à Cheyenne, les motels, les highways, c’est la découverte des grands espaces, Devil’s Tower, Mont Rushmore & the Bad Lands… mais c’est aussi ER – Urgences, Twin Peaks, Sex and the City, le Prince de Bel-Air & les beignets de tomates  vertes… Au fil des citronnades, des marshmallows grillés au feu de bois, BBQ & du Jambalaya, je me nourris de Toni Morrison, Armistead Maupin, Paul Auster, Ralph Ellison, Alice Walker, Barbara Kingsolver…
marshmallows dans un bolmarshmallows grillés au feu de bois
Mon américanité, je la ressens lorsque j’écoute Barack Obama, lorsque je pique-nique, lorsque je me régale d’un hamburger, lorsque j’ai envie de dire Luv You à tout le monde, lorsque je comprends plus facilement un hug qu’un long discours, lorsque je ris aux blagues des séries TV, lorsque j’aime les Happy End dans les films…
Je la ressens au quotidien, lorsque je dors mieux sous un catch dreamer, lorsque je passe Place Picard et jette un coup d’œil complice à la Statue de la Liberté et lorsque j’entends les premières notes de Star Spangled Banner et que j’ai envie de me lever et de mettre la main sur le cœur.

« Happy Independence Day ! »


Rendez-vous sur Hellocoton !


À propos de


'Happy Independence Day !' a 8 commentaires

  1. 27 octobre 2010 @ 12:36 Anne

    Moi aussi je lui fais des clins d’oeil :) Et pourtant dans mes veines à part du sang auvergnat .. ^_^ mais les souvenirs, argh, les souvenirs de UCLA, de ce wild wild west, de ce merveilleux 4th of July passé à Santa Barbara où nous nous demandions pourquoi les américains creusaient des trous dans le sable, les premiers épis de maïs grillés dégustés, les premiers ribs grignotés. Chaque 4 juillet j’y repense :)

    Répondre

  2. 27 octobre 2010 @ 12:38 Julie

    Super histoire…On voit bien l’influence à travers la cuisine! ;)Ahhhh les USA, ma grande histoire d’amour!

    Répondre

    • 27 octobre 2010 @ 12:39 auntie jo

      _julie, oui, ma cuisine en est très inspirée – la cuisine maternelle ;-)

      Répondre

  3. 27 octobre 2010 @ 12:40 Isaius

    Depuis mon premier séjour aux USA l’année dernière, je ne pense qu’à y retourner. Je suis tombée amoureuse du pays. C’est donc prévu pour Septembre 2011 et je suis en train de préparer tout ça. J’ai également du sang américain qui coule dans mes veines, mais mon enfance n’a pas été baignée de culture américaine malheureusement, la destin en a voulu autrement. Mais peut-être suis-je une preuve vivante qu’on finit toujours par retourner à ses racines, d’une façon ou d’une autre. Je tiens là une belle revanche, et j’aurais presque envie de dire que malgré les coups bas de la vie, j’aime les USA, aujourd’hui plus hier et sans aucun doute moins que demain.Merci à toi pour ce beau message et happy 4th of July avec un peu de retard.

    Répondre

    • 27 octobre 2010 @ 12:43 auntie jo

      Isaius, je rêve d’y retourner! cet été, c’est ma fille qui y passera un mois et comme tu le dis si bien, on finit toujours par retrouver ses racines!

      Répondre

  4. 27 octobre 2010 @ 12:42 Maïlys

    *speechless*je suis franco-française mais les Etats Unis me tendent les bras et se rapprochent de moi un peu plus chaque jour!Alors comme je te comprends! J’en viens même à parfois regretter de ne pouvoir donner de « hug » quand je trouve que ça parlerait beaucoup plus que tout autre chose!J’ai hâte d’y être (même si j’ai autant peur que je suis excitée)!

    Répondre

    • 27 octobre 2010 @ 12:43 auntie jo

      Maïlys, et oui! tu en as de la chance! et j’espère que tu en profiteras bien et beaucoup! bises ma belle ! ;-)

      Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  Images et textes sont la propriété exclusives de leur auteur. Old Paper par ThunderThemes.net customisé par Loup Niboyet

%d blogueurs aiment cette page :