Milan, épisode #6 • une soirée magique à la Scala de Milan !


Avant de partir à Milan, l’une d’entre nous avait évoqué la possibilité de passer une soirée à la Scala. Google et quelques petits clics plus tard, nous décidions que non, dommage… au vu du prix des places, ce n’était vraiment pas possible !
Mais impossible aussi, pour nous d’aller à Milan, sans voir le mythique théâtre de la Scala. Pour moi, la Scala, c’est Maria Callas, Guiseppe Verdi, le public le plus exigeant du monde… c’est toutes ces histoires lues et entendues, alors aller à Milan, c’était un peu voir la Scala et mourir…

Mais lorsque je suis arrivée devant la Scala, sous le regard de Leonardo da Vinci, je me suis tout d’abord dit: « c’est là? c’est tout? » un peu déçue par la simplicité du bâtiment. Mais très vite, la légende a pris le pas…

statue leonard de vinci scala de milan

Au moment de prendre notre ticket d’entrée pour visiter le Musée du Théâtre, nous avons appris que nous n’aurions pas droit à voir la salle – et c’était pour nous un peu le but! Nous avons décidé de continuer notre ballade à Milan et de revenir le lendemain pour visiter le Musée et apercevoir au moins la Salle du Théâtre. Alors, en attendant, si on prenait un petit café. Le café était hors de prix! – mais, indispensable pour moi de prendre un café là. C’est une habitude que j’ai pris : lorsque je découvre une ville, je bois des cafés, des coups et/ou je mange un bout dans les endroits emblématiques de la ville où je suis. C’est une façon que j’ai de me l’approprier, d’ancrer en moi les souvenirs de la ville.

cafeteria scala de milan

Et puis, Sandrine a eu l’idée d’aller quand même voir la billetterie, juste pour voir, au cas où…
Il y avait là, devant le guichet fermé, une quinzaine de personnes qui faisaient déjà la queue. Et, alors que nous essayions de comprendre le panneau des tarifs et des places et des spectacles, un monsieur d’une 70zaine d’années nous a dit: « Si vous restez faire la queue avec nous, à 17h, les places pour la représentation de ce soir vont être distribuées. »
Ah bon? mais comment ça distribuées? Et à quel tarif?
« Per Niente! Gratuit! »
Il était 15h, nous avions donc 2h d’attente devant nous, mais la réflexion fut rapide! 4 places pour une avant-première, un spectacle de ballet à la Scala pour 0 euros!
Nous attendrons ! Nous ferons la queue !
Et nous avions toutes le sentiment de vivre un moment incroyable!
Le sentiment d’être là au bon endroit au bon moment. Comme dans les films… ;-)

Pendant les 2 heures d’attente, l’ambiance était incroyable, les passionnés racontaient les derniers spectacles vus, ça parlait fort, ça s’apostrophait, ça rigolait, ça racontait les histoires de jeunesse… De 15 personnes à 15h, nous étions bien 250 à 17h !
Une queue qui n’en finissait pas de grossir… et pendant ces heures, nous avons eu le temps de faire connaissance avec nos voisins de queue et de nous faire accrocher des rubans jaunes en signe de protestation. Protestation contre la politique culturelle du gouvernement italien, et notamment la réforme des théâtres lyriques

noeud jaune symbole lutte reforme theatre italie

En effet, cette représentation gratuite, cette générale, d’habitude réservée aux membres de la famille et aux amis, était ce jour là, offerte aux Milanais. Une manifestation concrète organisée par l’association des passionnés de la Scala, qui avaient peur pour l’avenir de leur Théâtre et nous ont-ils expliqués, ne voulaient pas que la Scala devienne un cinéma, par exemple… Nous étions embarqués dans une manifestation politique en faveur de la culture… et ça, ça me plaisait bien, j’avoue !

Une fois nos billets en main, nous sommes revenues à 19h pour la représentation du Triticco Novecento. Et là…
En entrant dans la Salle du Théâtre, j’avais l’impression de vivre toutes ces scènes de film, de roman… ces images mythiques où les princes et princesses arrivent dans la loge princière et que tout le monde se retourne pour les saluer, ces regards de loges en loges, tout un univers qui m’a toujours fait rêver au cinéma…

A l’entracte, un de nos voisin de queue nous donnait un nouveau plan pour revenir assister à la Première de l’Or du Rhin, de Richard Wagner, sous la direction de Daniel Barenboim, et cela pour 12 euros seulement… mais une soirée à la Scala sur 4 soirées à Milan, c’était déjà trop beau!

Je vous avoue que l’espace d’un instant, pendant le 2ème ballet, ma non-culture du ballet et mon esprit moqueur m’ont emporté dans un fou rire incontrôlable – qui nous attira les foudres de notre voisine… avec beaucoup de concentration et de gêne, j’ai réussi à me calmer… J’ai alors pu me laisser transporter et envahir par l’émotion et la beauté de ces 3 ballets. Sublime !

interieur scala de milan

Je n’ai pas eu le droit de prendre des photos dans la Salle du Théâtre, mais j’ai bravé l’interdiction et n’ai pas pu m’empêcher de garder un souvenir de cette soirée magique et d’en prendre discrètement avec mon iPhone… c’est pas très bien, je sais… mais c’était trop unique!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Tagged: , ,


À propos de


'Milan, épisode #6 • une soirée magique à la Scala de Milan !' a 3 commentaires

  1. 8 août 2011 @ 8:06 Françoise

    Le theatre de La Scala a été bati au XVIII siècle, pendant l’age du Néoclassicisme. Pendant cette période, on la simplicité de l’architecture était le modèle à suivre. Donc, voilà pourquoi ce theatre parait un peu anodin.
    As-tu essayé le magasin des specialités sud-tyroliennes situé dans une petite place à coté de Via Torino? Il vaut la peine!

    Répondre

  2. 23 mars 2012 @ 10:15 Sylvia

    Bonjour,
    Nous sommes quatre amies et aimerions aller voir l’Opéra « Tosca » fin avril à la Scala.
    Pourriez-vous nous dire à quelle place vous étiez placée lors de la soirée « magique ».
    Nous avons du mal à nous répérer sur le plan diffusé par le théâtre.
    Vous remerciant par avance,
    Très cordialement,
    Sylvia

    Répondre

  3. 30 octobre 2012 @ 11:30 Giselle, ou les Willis ☆ Opéra de Bordeaux | le coin de Joelle | un blog | lifestyle, cuisine & voyages

    […] premier ballet, c’était à la scala de Milan, mon deuxième, Gisèle à l’Opéra de Bordeaux, je vais devenir difficile sur les ballets […]

    Répondre


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

  Images et textes sont la propriété exclusives de leur auteur. Old Paper par ThunderThemes.net customisé par Loup Niboyet

%d blogueurs aiment cette page :