Type and press Enter.

colombo de poulet | cuisine antillaise

colombo poulet
J’ai été invitée à participer à Victoire à Table, une manifestation organisée par les étudiants de l’Iseg. Ils m’ont demandé de faire un atelier de cuisine en lien avec les Antilles, thématique de cet événement et m’ont proposé de faire un petit topo sur la cuisine des esclaves.

Pour cet atelier de cuisine, j’avais décidé de cuisiner des plats que je trouve emblématique de la cuisine antillaise : le colombo de poulet.
Le colombo de poulet est un plat d’origine Tamoule. Il montre bien le métissage et la richesse de cette cuisine créole, faite des influences de toutes les cultures qui ont peuplé ces îles.
En effet, lorsque l’esclavage fut aboli, les propriétaires des plantations avaient besoin de trouver une main d’œuvre qui accepte de travailler dans les champs de canne. Les esclaves, devenus des hommes libres, préférant cultiver leur propre lopin de terre, mais surtout refusaient de retourner dans les champs de canne et se remémorer leur ancienne condition d’esclave; et ceux qui acceptaient, exigeaient de “vrais” salaires qui faisaient exploser le coût des exploitations.  Un accord du gouvernement français permis alors aux planteurs, de mettre en place une nouvelle filière d’immigration et de faire venir ceux qu’on appelait des “engagés”. Ces “engagés” pour 5 ans, arrivaient en très grande majorité, des Indes. Avec eux, arrivèrent les épices indiennes, entre autre, et le colombo !

 colombo poulet

la recette du colombo de poulet (pour 6/8 personnes)

_ingrédients_
• 1,200 kg de filet de poulet
• 3 pommes de terre moyennes
• 2 carottes
• 4 gousses d’ail
• 2 oignons jaunes
• 6 cuillères à soupe de poudre de colombo
• 1 cuillère à soupe de graines à roussir (cumin, fenugrec, et moutarde jaune)
• 4 branches de thym frais ou séché
• 4 clous de girofles
• 2 feuilles de laurier ou de bois d’inde
• 1 citron vert
• du vinaigre
• de l’huile d’arachide
• du sel et du poivre
• 1 piment antillais
_préparation_
1 – faire mariner le poulet (min :1 heure, max :1 nuit) dans un grand saladier avec 2 gousses d’ail écrasées, du sel, du poivre, 2 cuillère à café de poudre à colombo, 4 cuillères à soupe de vinaigre, 2 clous de girofle, 2 feuilles de lauriers, piment
2 – faire revenir à sec dans une sauteuse ou une cocotte les graines à roussir, pendant 2 à 3 minutes
3 – ajoutez l’huile, l’oignon coupé, les clous de girofle, les 2 autres gousses d’ail écrasé, le thym (émietter le entre vos doigts) et le laurier (ou bois d’inde, si vous en avez)
4 – ajoutez les morceaux de poulet et faites bien revenir en remuant de temps en temps
5 – ajouter le reste de poudre à colombo et bien remuer
6 – ajouter de l’eau pour recouvrir à peine le poulet. Couvrir et laisser cuire 15 à 20 min
7 – pendant ce temps, coupez les pommes de terre et les carottes en petits morceaux et les ajouter au poulet. Couvrir. S’il le faut, ajouter à nouveau un peu d’eau, juste pour recouvrir les légumes et le poulet.
8 – laisser cuire pendant 20 à 25 min sur feu moyen. 10 minutes avant la cuisson, poser le piment pour parfumer la sauce – attention à ne pas le laisser se percer!!
9 – le colombo de poulet est prêt lorsque les légumes sont légèrement fondants et que la sauce est un peu épaissie
10 – arroser de jus de citron, avant de servir (avec du riz nature)
_nota_
> si vous n’avez pas de graines à roussir, utilisez une des trois épices qui le compose (on trouve les graines à roussir dans les épiceries exotiques, mais vous pouvez très facilement le faire vous-même en mélangeant un tiers de chaque graine – cumin, fenugrec, et moutarde jaune).
> pour exhaler la saveur des clous de girofle, écrasez légèrement “la tête”avant de l’ajouter
• merci à tous les étudiants de l’ISEG, merci à Ségolène, merci à Béatrice, merci à Anne-France – c’était vraiment bien !
merci à Franck Descas, le chef parrain de cette édition pour sa gentillesse et son sourire, merci à Anthony, et merci aux copines, qui sont passées me faire un petit coucou ! Ça m’a fait très plaisir et ça m’a fait du bien de vous voir !
colombo poulet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

14 comments

  1. Une mine d’informations cet article, merci bien ! J’étais justement en quête d’inspiration pour mes recettes et c’est mission accomplie ! :)

  2. oh c'est tellement bon. Et ma grand mère le fait avec du requin, un vrai délice!!!!!!!!

  3. Bonjour Je suis antillaise d'origine Indienne. Dans un Colombo de poulet nous utilisons exclusivement, des pommes de terre et une pate de massalè (qui se trouve dans les magasins exotiques

  4. il donne vraiment envie ce colombo !!! tes photos sont très réussies !

  5. _miss diane, tu verras, c'est super bon!_virginie, c'est aussi à ça que peut servir la cuisine… ;)_anonyme, effectivement, je ne l'ai pas précisé, mais on peut tout à fait varier les légumes (2 ou 3 variété, c'est parfait!) et il faut que j'essaye avec les christophines ;)

  6. Mon colombo est quasi identique au vôtre, sauf les légumes : je mets des christophines et des aubergines.

  7. un plat plein de saveurs, de couleurs, mais aussi chargé d'histoire, parfois pas toujours réjouissante mais qui permet autour de la table familiale d'ouvrir le débat !!!bonne journée gourmande virginie

  8. Bravo à toi et merci pour cette belle recette. Je n'ai encore jamais fait de poulet colombo et là, tu me donnes vraiment envie d'essayer.

  9. _exact, les graines à roussir, c'est super!_chai, de rien! ;)_philo, c'est tellement bon!_babeth, et voilà ;)_payette, super qu'elle te plaise!

  10. J'adore le colombo ta recette me donne bien envie!!

  11. merci!on m'a rapporté des graines à roussir et je ne savais pas trop comment m'en servir!….maintenant je sais!et j'ai appris un peu d'histoire en plus!

  12. Je raffole de ce genre de plat, tu m'en mets l'eau à la bouche

  13. Merci pour cette recette parfumee, ainsi que pour cette lecon d'histoire.Chai

  14. Depuis que j'ai découvert les graines à roussir chez bahadourian, j'avoue que je m'en sers très souvent.Elles donnent toujours un délicat parfum aux préparations et quel plaisir de les croquer au gré des bouchées…Bises,b.