Type and press Enter.

le Ghetto de Cracovie | Pologne

ghetto cracovie pologne

Lorsque j’avais reçu le programme du voyage en Pologne, j’avais tout de suite vu qu’on visiterait le ghetto de Cracovie, ce lieu, parmi d’autres symbole de souffrance et de barbarie humaine. J’avais très envie de mettre mes pas dans ces lieux empreints de douleur, au passé sombre.

le Ghetto de Cracovie

Dès qu’il s’agit de la traite négrière et de l’esclavage, de la shoah, des génocides, je suis toujours très très émue. Ces histoires résonnent profondément en moi. Le racisme, l’injustice, la barbarie… l’inhumanité. Je ne sais pas pourquoi, mais j’ai toujours été attirée par les films, les histoires, les documentaires, les récits sur la shoah. Je crois que je suis fascinée par ce que je n’arrive pas à comprendre, à accepter, à imaginer cette horreur et en fait, je crois que je regarde ces films, ces témoignages, ces documents terribles parce que il ne faut pas oublier. Je ne veux pas oublier.

Ne jamais oublier ce dont est capable l’être humain pour ne pas le revivre à nouveau.

schindler cracovie pologne

Ce que j’ai découvert lors de cette visite, c’est que le ghetto n’est pas le quartier juif, ou vice-versa. Je n’avais jamais trop compris cela. Le quartier juif, le quartier Kazimierz était un quartier de Cracovie dans lequel vivait 60 000 juifs à la fin des années 30, soit 1/4 de la population de Cracovie).

En 1939, avec l’entrée de l’armée allemande dans la ville commencent les persécutions des citoyens juifs : port de l’étoile à partir de 12 ans, interdiction de marcher sur le trottoir (uniquement sur le bord de la route), de prendre les transports en commun, de se promener dans les jardins de la ville, etc…

En 1940, un ordre d’expulsion des juifs de la ville est donné. 45 000 seront déportés, 20 000 seront enfermés dans le ghetto. Créé en 1941, “pour des raisons d’hygiene et de sécurité” “un quartier juif d’habitation”, le ghetto de Cracovie est installé dans un quartier de l’autre côté de la Vistule, un quartier pauvre et délabré, près du quartier industriel. Les juifs de Cracovie et des alentours ont obligation d’y emménager. Sur le territoire du ghetto, il y a 2 usines. Les habitants du ghetto y travaillent forcés. à côté du ghetto, il y a l’usine d’Oskar Schindler…
Il ne reste qu’un petit bout du mur qui entourait le ghetto, mais un des moments fort de cette matinée, pour moi, fut le passage devant l’usine d’Oskar Schindler, les images du film me sont revenus en flash et en lisant cette phrase, extraite du Talmud, gravé sur la plaque commémorative du mur de l’usine, j’avais les larmes aux yeux.

Whoever saves one life, saves the world entire.

La place Bohaterów Getta (la place des Héros du Ghetto) est aussi très impressionnante avec ces 70 chaises. Chaque chaise symbolise 10.000 juifs disparus. Elle symbolise le vide laissé par la disparitions des habitants du ghetto. Cette place et ces chaises à échelle humaine (33 chaise d’1m40 et 37 chaise d’1m20 est une oeuvre de 2 architectes (Piotre Lewicki et Kazimierz Łataka). Ils se sont inspirés pour ce projet, d’un témoignage décrivant l’image des rues du ghetto après sa liquidation : les biens et les meubles abandonnés par les habitants (dont une partie fut tués sur place et l’autres déportée et tuée ensuite).

ghetto cracovie pologne

Le quartier Kazimierz est maintenant un quartier très dynamique. Les activités culturelles se développent (notamment le Festival de la Culture Juive) et des musées, restaurants, centre culturels y ont été crées. Les bâtiments restaurés, les ruelles et places laissent à revivre un peu de l’ambiance de ce quartier avant-guerre.

quartier juif cracovie ghetto

quartier juif cracovie ghetto

(et comme les nazi étaient soucieux des moindres détails de leur “projet morbide”, les pièces de ciment qui délimitaient le ghetto avaient la forme de stèles mortuaires)

Nous avons ensuite déjeuné dans un restaurant, le Klezmer Hois.  J’ai adoré le décor, l’ambiance et où je me suis régalée des plats de tradition juive polonaise que nous avons dégusté. Salade de hareng/vodka pour l’entrée, un “ragout” en plat et un chausson au pavot pour le dessert, que j’ai beaucoup aimé.

(la veille du shabat, les femmes préparaient un plat mijoté qui n’avait qu’à être réchauffé)
(en regardant dans mon livre de cuisine “le grand livre de la cuisine juive ashkénaze”, j’ai trouvé le nom du plat que l’on a mangé, à base de viande, orge et haricots : une variante du “tchoulent”)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

11 comments

  1. […] de faire des gözleme en Turquie, visité une cathédrale de sel en Pologne, été sur les traces du ghetto de Cracovie, écouté Chopin à Varsovie, découvert ceux qui font le fromage Ossau-Iraty, visité une […]

  2. […] peux malheureusement pas oublier les horreurs de l’Histoire, direction le quartier Kazimierz, ancien ghetto juif qui vu passer le nombre de ces derniers de près de 65 000 dans les années 30 à à peine quelques […]

  3. Un des souvenirs les plus forts de notre voyage… entendre la voix de notre audio-guide me file des frissons.

    1. oui…

  4. Merci pour le voyage sans bouger de chez moi!

    1. C’est cool alors Babeth !

  5. on rigole beaucoup dans la vidéo. C’est pas bien sérieux… :p

    1. C’est des bons souvenirs… dans toutes les vidéos que j’ai faite, il y a toujours quelqu’un qui rigole en fond ! c’était joyeux comme voyage, j’ai adoré !

    2. Toi tu n’as rien a faire dans ma ville !!!

  6. quel beau voyage.

    1. Oh oui, c’était super ! (il me reste varsovie à vous raconter ;-)