Type and press Enter.

Black Fashion Power | toujours rester vigilants

http://streetetiquette.com/2012/01/02/suit-etiquette-wool-suit/

Vous n’avez pas pu passer à côté du badbuzz provoqué par la publication de l’article Black Fashion Power par le magazine Elle. Il se voulait “un papier évolutif, pour mettre en avant la diversité et les femmes noires que tout le monde admire” (dixit N. Dolivo l’auteur). Sauf que c’est tout l’effet contraire que cet article a produit. Article plein de bonnes intentions, donc. Mais parfois, ce sont les meilleures intentions qui blessent et portent tort.

Un article, truffé de stéréotypes, de bêtises, un véritable manque de culture et de connaissances sur le sujet. Les termes “black-geoisie”, “code blanc” (incroyable maladresse au regard du “code noir”), la phrase “dans cette Amérique dirigée pour la première fois par un président noir, le chic est devenu une option plausible pour une communauté jusque-là arrimée à ses codes streetwear”, etc… bref, une accumulation de clichés et de maladresses… qui en ces temps de crise, de montée du désir de repli identitaire, de stigmatisation des uns et des autres, ne peut que faire reculer la lutte contre les préjugés. Un exemple de racisme ordinaire, celui-là même que nous devons tous combattre au quotidien.

article elle black fashion power

A la maison, je suis – nous sommes – depuis toujours, très attentifs et sensibles à cela. Notre histoire familiale, surement, notre éducation, sans aucun doute. J’ai personnellement souffert des préjugés, stéréotypes, remarques racistes et blessantes, mais lorsque ma fille, alors âgée de 3 ans, est revenue de la maternelle en me racontant qu’une petite copine n’avait pas voulu lui donner la main, “parce que elle a dit que ma peau était noire et sale”, je me souviens m’être jurée de tout faire pour apprendre à mes enfants, non seulement à être fiers de leur couleur ou racines, mais aussi de combattre la bêtise et l’ignorance des uns et des autres et surtout à ne pas se retrouver démunis face au racisme.

Mon passé, mon expérience de vie m’ont rendu engagée et sensible à tout ce qui touche l’égalité, la diversité, le bien vivre ensemble. Je suis également consciente que ce racisme ordinaire, n’est pas toujours volontaire de la part de leur auteur, qu’il émerge souvent de l’ignorance, alors, je martèle constamment à mes enfants d’être attentifs à leurs mots, à être conscients de leurs dires et de la portée de leurs paroles… car il est facile de tomber dans le stéréotype, dans le cliché, dans la généralité.

Ines est aujourd’hui en 1ere ES. Je suis fière qu’elle mette ses pas dans les miens, dans l’engagement pour l’égalité, contre les préjugés. Elle et a choisi, avec ses amies Anna et Tu-Linh comme sujet de TPE : le mélange des cultures en Franceportant sur le thème : Pouvoir et Société. Avec ses recherches, ses lectures (notamment le livre de Rokhaya Diallo* Racisme : mode d’emploi), elle décèle plus facilement ce qui est de l’ordre du racisme ordinaire.
En lisant l’article Black Fashion Power et la lettre ouverte de Patricia Ahanda sur le site Afrosomething, elle a trouvé (et moi aussi) qu’il aurait eu toute sa place pour illustrer la partie de son TPE qui traite du racisme et de ses conséquences si il n’avait pas déjà été imprimé. Elle le donnera en exemple lors de l’oral. Un exemple de racisme ordinaire pour illustrer son propos.

“De plus, beaucoup de personnes ne se rendent pas compte du caractère raciste de leur propos ou encore si ils se basent sur des stéréotypes ou des préjugés (…) Du racisme découle des comportements xénophobes et discriminatoires, des préjugés et des stéréotypes enfermant dans la même boite toutes les personnes possédant des caractéristiques similaires comme la couleur de peau par exemple.”
sources : TPE “le mélange des cultures en France”.

Et pour finir, voici le post de Shala Monroque, dont j’aime beaucoup la réponse faite au Magazine Elle : Dear ELLE France… Since you didn’t do your homework… let me help you out.”

colour entrance gordon parks

Rokhaya Diallo est membre fondatrice des Indivisibles, et je recommande à tous la lecture de son livre Racisme : mode d’emploi, aux éditions Larousse

Et pour ceux qui n’auraient pas suivi ce badbuzz, voici quelques liens :
– “Quand le magazine ELLE parle des égéries noires et tombe dans le racisme ordinaire” – la lettre ouverte du site Afrosomething en réponse à l’article paru sur le site du Elle.fr (article retiré depuis) – le 24-01 + les édits du 25-01, 26-01 et 28-01 suite à la parution de cette lettre ouverte
– “Black Style” : Elle.fr au coeur de la polémique – article du 26-01 > le site du Nouvel Observateur
– DÉRAPAGE – « Elle » France au cœur d’une polémique après un article publié sur le « style black » – le 27-01 > Big Browser (blog/la monde)
Et des réactions à l’étranger, notamment aux USA (sur le Huffington Post, le NY magazine, entre autres).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

27 comments

  1. Merci Jo pour cet article et toutes ces références que je vais m’empresser d’aller consulter.

    L’une de mes filles est mariée avec un Kenyan, devenu français depuis de longues années. Ils ont trois enfants âgés actuellement de 21, 19 et 11 ans et métisses, bien entendu ! Ils vivent à présent en Arizona mais voici quelques remarques de “racisme ordinaire” entendues en France (dont certaines faites devant les enfants alors qu’ils étaient petits) :
    – “oh qu’ils sont mignons ! c’est vrai qu’ils sont mignons ces noirs quand ils sont petits” (??!!…),
    – “oh qu’ils sont mignons ! vous les avez adoptés ?” (réponse de ma fille qui n’a pas la langue dans sa poche : “non madame, je les ai fabriqués à la maison avec mon mari”),
    – “oh qu’ils sont mignons ! ils sont de quelle race ?” (la question s’adressait à moi, ma réponse : “ce sont des épagneuls bretons croisés teckels madame”),
    – “Il est tellement marrant Moses qu’on en oublie qu’il est noir” (mon beau-frère).

    Encore mieux : lors d’une réunion, une dame qui murmurait avec une autre en regardant ma fille, se penche et lui dit : “il paraît que votre mari est un homme de couleur ?”
    – ma fille : “non madame, mon mari n’est pas un homme de couleur, il est noir”.
    – la dame : “oui, c’est ce que je vous demande, c’est si votre mari est un homme de couleur”
    – ma fille : “madame, mon mari est noir, ce n’est pas un homme de couleur, il n’est pas vert, pas jaune, pas rouge, il est noir, le noir n’est pas une couleur”.
    – un peu plus tard, la dame : “et il travaille votre mari ?”
    – ma fille “oui madame il travaille”. La dame a l’air satisfait, alors ma fille alors se penche : “et vous savez quoi ?”
    – la dame “oui ?”
    – ma fille “et il met même des chaussures pour aller travailler”.

    En France, l’aînée de mes petits enfants s’attachait les cheveux, se les défrisait. Depuis qu’elle vit aux USA, elle laisse ses cheveux libres et je trouve qu’elle a des airs à la Angela Davis (belle référence s’il en est !). Je lui ai dit que je la trouvais plus belle ainsi et elle m’a répondu “tu sais, en France, tout le monde se moquait de mes cheveux, ici personne ne m’a jamais rien dit”.

    On peut s’interroger sur la mentalité des “français” par rapport aux différences.

    Un autre exemple. Mon fils travaille dans l’humanitaire. Il y a 6 ans, il revenait avec femme et enfants d’une mission de 2 ans en Angola. Leur fils aîné avait alors 6 ans. Soir de 14 juillet, nous allons à la fête. Sur la piste de danse une belle jeune femme noire en robe rouge danse avec une petite fille. Mon petits fils les regarde danser. Soudain, il se tourne vers moi en me disant : “tu as vu la dame avec la robe rouge comme elle danse bien”. Le signe distinctif pour lui c’était la robe rouge…

    Une certaine forme de racisme, je l’ai connue en 6ème : fille de divorcés (en 1955 ça n’était pas bien vu), fille de couturière (que des filles de bourges dans ma classe, ma mère habillait leurs mères…. qui avaient du mal à payer d’ailleurs !) et de surcroit, un teint de rousse avec des taches de rousseur plein la figure !!!

    Pour en terminer, qu’attendre d’autre qu’un tel article dans ELLE, magazine de la futilité. Et merci Jo pour ton blog, tes recettes et tes articles !!

    1. merci pour ton témoignage, on a encore beaucoup à faire pour combattre tous ces préjugés !

  2. […] qui n’ont pas tout suivi un des nombreux articles, des blogueuses qui ont réagi : Black Fashion Power, une raison de plus pour rester vigilants… à la fin de l’article d’autres liens sont disponibles, ou encore sur La […]

  3. Vive la novalangue, vive le communautarisme, vive l’orgueil mal placé, vive les lobbies, vive la suspicion, vive la paranoia.

  4. je suis tout à fait d’accord avec ton article , très bien écrit ;
    cet article est une chronique d’un racisme ordinaire , qui n’a même pas conscience de son existence et joue les vierges effarouchées quand on le place devant un miroir
    j’ai fait moi aussi un article dessus ,
    ps je suis blanche et rousse ,

    1. merci michelle. tu peux nous mettre le lien de ton article, stp ?

  5. Je n’avais pas du tout eu vent de cette polémique. J’ai tenté de retrouver l’article mais sur le site de ELLE mais il a été effacé, “heureusement” que tu l’as mis sur ton blog afin que je puisse me faire une idée. J’ai un père français et une mère camerounaise, donc je me sens d’autant plus concernée. Inutile de dire qu’à la lecture de cet article je suis restée abasourdie. Ca prouve que le colonialisme est resté fortement ancré dans les esprits même pour ceux qui ne l’ont pas vécu. Par là je veux dire que la France, de par son passé de colonisatrice a laissé une longue cicatrice dans son Histoire : elle a permis que soit véhiculés des stéréotypes appartenant à cette époque. Aujourd’hui des personnes comme la journaliste qui a écrit cet article ne se rend sûrement pas compte de cette influence mais je pense que si dans les écoles on enseignait l’Histoire de France en parlant aussi des colonies tout en montrant les défauts de la colonisation, ça serait déjà une grande avancée, mais comme c’est un point sensible de l’Histoire et de la politique françaises, je doute que ça soit une chose qui sera faite immédiatement, il faudra du temps pour cela, parce que ce n’est pas juste aux parents d’enseigner à leurs enfants que le racisme est une mauvaise chose, cela doit se faire aussi en tandem avec l’école.

    Merci d’avoir publié cet article.

    Shug’A’Very d’Incognito

    1. Lorsque Ines avait eu cette remarque de la part de la petite fille, j’en ai parlé à la maitresse et elle a improvisé un “temps de parole” en classe sur le sujet. C’est dommage qu’il ait fallu cet incident pour en parler aux enfants.

      1. C’est toujours comme ça qu’il s’agisse de racisme, de violence à l’école ou d’autres sujets, il faut toujours une victime ou des victimes pour réveiller les consciences malheureusement.
        Je vis en Italie où on dit que le racisme est très fort, et c’est vrai, en 24 ans d’existence je n’ai jamais autant été sujet au racisme prononcé comme au racisme ordinaire. Certains italiens ont tendance à penser qu’en France ce n’est pas le cas parce qu’il y a une forte immigration. Ironie du sort en venant passer Noël chez mes parents , je me promenais tranquillement avec mon père (qui est blanc) lorsque deux enfants de 3-4 ans arrivent, me montrent du doigt et crient à leur père “regardes papa, c’est la dame qui pue” et cela sans que les parents ne réagissent…c’est ce qui m’a le plus effrayé : que les parents ne réagissent pas, cela m’a fait plus peur que les expériences racistes que j’ai pu vivre jusqu’à présent en Italie, parce que la France c’est quand même mon pays…et voir qu’il faut éduquer les gens pour qu’ils aient du respect envers un autre être humain c’est effrayant.

        Merci de la réponse

        Shug’A’Very

  6. Cet article était d’une stupidité… Raciste et limite racialiste. Petite, comme toi, je me suis battue, fière de ma couleur et de mes racines mais j’espérais que ça change. Mon fils n’a que deux ans, il est métis. Je l’élève pour qu’il soit à l’aise avec ses deux origines et qu’il soit fière de l’origine que d’autres pourraient lui apprendre à détester. Je suis sidérée que des journalistes, qui se disent intellectuelles, puissent véhiculer de tels clichés. Merci pour ton article.

    1. merci pour ton commentaire.

  7. C’est peut-être un peu exagéré ;) il peut y avoir de bons articles… c’est vrai que ça fait un moment que je ne l’achète plus… oui, il y a du boulot ! il faut s’y mettre tous ensemble et les jeunes générations apporteront leur tolérance et ouverture aux autres, j’espère…

  8. On ne peut pas s’attendre non plus à ce qu’un magazine aussi fashion attitude et superficiel que Elle fasse un article intelligent. Quel qu’en soit le sujet. Le racisme existe en France et dans le monde. Il est basé sur le rejet de l’Autre. L’Autre, c’est le noir, la femme, le juif, le chrétien, le musulman, le roux etc. Ya du boulot! bravo à ta fille..; l’espoir c’est qu’elle fait partie d’une génération où le métissage des couleurs et des cultures fera paraitre ces préoccupations obsolètes dan sun futur que j’espère proche!

  9. Bonjour,

    Un grand grand bravo pour cet article. Celui de shala’s rabbit hole est également très important pour le devoir de mémoire et d’humanisme. Bises

    1. Merci Athena :)

  10. Billet vraiment rès bien rédigé.

    Si ça t’intéresse, je te renvoie à cet article que j’avais publié sur mon blog, il y a quelques temps de ça, faisant état d’un fait divers dans une école maternelle aussi. Une personne proche de ma famille a été témoin d’une scène scandaleuse. Je te laissé découvrir.

    http://yesmademoiselle.blogspot.com/2011/12/otez-moi-ce-noir.html

    1. Je suis allée lire ton lien, c’est incroyable ! :(

  11. Merci pour ce billet tout en finesse.
    Mister K

    1. Thank you ;)

  12. “Elle” en se la jouant magazine pointu et en voulant decrypter une soi disante “tendance” se perd dans un discours reducteur et hautain sur une communauté. C’est vraiment grave de tenir de tels propos et de ne pas avoir pu décéler la portée que cela peut avoir avant publication. La discrimination est encore bien présente malheuresement à travers des préjugés et même en voulant bien faire , le magazine n’a pas vu plus loin que le bout de son nez, à réduire la couleur de peau à une tendance actuelle au même titre que le style preppy ou la tendance léopard. C’est juste affligeant. Je suis outrée.

    1. Affligeant, oui !

  13. Merci d’avoir publié l’article sur ce billet car j’en avais entendu parler mais je ne l’avais pas vu. De manière générale, il n’est jamais bon de faire des généralités, quelle que soit la catégorie de gens visée. De même, entendre que “les français sont racistes” est une généralité qui me blesse. Je pense que le sujet est de toutes façons hyper polémique et qu’il faut peser chaque mot (ce que j’essaie de faire).

    1. Toutes les généralités sont à combattre ;)

  14. J’ai effectivement eu vent de cet article après avoir découvert le billet d’Audrey Pulvar à son sujet. Que dire ??? Je comprends mal qu’un magazine de la dimension de Elle ait pu laisser passer un tissu de poncifs aussi médiocres, assaisonnés avec un style pseudo “trendy-in-j’suis journaliste à Elle quand même !” ! A trop vouloir voir des “tendances” partout, à chercher à tous prix à dénicher voire à lancer le dernier courant de pensée à la mode, on tombe souvent finalement dans l’écueil du préjugé, où il faut absolument rentrer dans une case, faire partie d’un groupe, d’une communauté, d’une CSP etc… Bravo à ta fille pour le choix de son sujet :-) Biz

    1. je suis tout à fait d’accord avec ton analyse sur la recherche de tendance.

  15. et oui… et encore combien de personne qui disent “oh mais non les comunautées se font des idées, le racisme n’exsiste pas en France”. Parfois en dénoncant ce “petit rascime inofensif” j’ai l’impression de passer pour la parano de service. Belle illustration de ELLE france!
    merci pour l’article.

    1. On me l’a souvent dit : “mais non, tu crois pas que tu exagères ?” ;)