J’avais eu connaissance de cette adresse parisienne boco il y a quelques temps. Sur mon fil twitter, et puis aussi chez Bergeou. Un bistrot genre self-service, au concept original (des recettes de chefs, servis dans des bocaux, 100% bio, des prix corrects) ouvert par Vincent Ferniot et son frère Simon. Je m’étais alors dit que l’idée était sympa et avais eu un coup de coeur pour le graphisme visuel. Et puis j’adore les bocaux Weck.

Boco

Alors, lorsque je me suis retrouvée à Paris pour une journée plutôt “farniente”, entre 2 trains, sans rendez-vous, sans impératifs de temps, je me suis dit que l’occasion était parfaite pour y déjeuner.

boco intérieur

boco bio

Le concept de boco ?
Une cuisine de qualité, servie en bocaux de verre (sur place ou à emporter), dans un bistrot aux accents parisiens. Le prix moyen d’un repas complet est de 15 euros, les recettes sont créées par de grands chefs et chefs pâtissiers français. Les produits sont certifiés 100% bio.

Pas d’ogm | Pas d’engrais chimique | Pas d’insecticide, ni de pesticide synthétique | Pas de boue d’épandage | Pas d’irradiation | Rotation des cultures | Bien-être des animaux d’élevage | Pas d’hormone | Pas d’antibiotique | Les produits transformés contiennent au moins 95% d’éléments biologiques.

boco bio vincent simon ferniot

“Nous avons conscience que le bio est en évolution permanente et que les réglementations sont perfectibles. Mais nous sommes certains que ce label représente un vrai rempart contre une nourriture malsaine et des produits maltraités. Rien ne vaut bien entendu la qualité et le goût des tomates de notre jardin, des oeufs et du lait que nous allions chercher à la ferme dans notre enfance, des fraises des bois cueillies dans des forêts ou l’homme n’était qu’un visiteur occasionnel… Mais on ne saurait plus aujourd’hui nourrir tous les humains ainsi. Puisque il vaut mieux agir avec les outils de notre époque plutôt que de rester cantonné dans ses souvenirs à se lamenter sur ce qui n’est plus, nous pensons que le bio reste le meilleur moyen de retrouver une alimentation saine, qui nous apporte ce dont nous avons besoin avec plaisir, sans nous détruire à notre insu.”

Simon et Vincent Ferniot

boco plats bocaux

boco affiche nocturne

 

J’ai pris ce jour-là une salade de paleron de boeuf “à la parisienne”, une recette de Gilles Goujon, et puis des médaillons de volaille au chou vert, marmelade de citron, de Anne-Sophie Pic (avec une purée de pommes de terre maison à tomber !!) et pour finir, un mont-blanc et marmelade de Cassis de Christophe Michalak (ton idole Chantal !). Chaque plat, donc chaque “boco” comporte une étiquette avec le nom de la recette, son créateur, les ingrédients utilisés.  Avec une entrée, un plat, un dessert et une boisson, j’ai vite dépassé les 20 euros. J’avais envie de tout gouter ! Que dire ? C’était très bon, tout simplement.

Une cuisine à l’accent du terroir, de bons produits, des plats sans chichis, les boco qui rappellent la cuisine des grands-mère (enfin pas la mienne, forcément) et un accueil très chaleureux, bref, le genre de bistrot parisien comme on aime. Frédérique à l’accueil, tout sourire, expliquait à tous les clients le concept du magasin, le libre-service, le menu du jour, etc… en français et en anglais pour les touristes. C’est franchement très sympa ! Une ambiance chaleureuse qui met à l’aise tout de suite et qui vous donne envie de revenir. Et puis, j’adore aussi l’ambiance visuelle, le graphisme et la signalétique.

boco intérieur

 

 

boco
3, rue Danielle Casanova
75001 Paris

tél : 01 55 35 37 90
www.bocobio.com (Métro Pyramides, Opéra)
ouvert du lundi au samedi, de 11h à 22h

page Facebook : facebook.com/BOCOBIO