elie

Il y a 7 ans, le 2 aout, Elie arrivait dans ma vie. Après Ines, et Adam, c’était mon dernier bébé. Mon petit chéri. Les autres enfants disent que c’est mon petit chouchou. Je leur réponds toujours : mais non, c’est parce que c’est le plus petit.
Lorsqu’il a eu 6 ans, il m’a dit : “Maman, je ne veux plus que tu m’appelles “mon petit chéri” devant les autres, mais quand on sera tous les 2, je veux bien”. Cette année, quand je lui ai dit que 7 ans, c’était l’age de raison, il a demandé ce que ça voulait dire. Je ne suis pas sure qu’il ait bien intégré mon explication… Depuis hier, il a décidé de dormir avec un 3ème doudou et je crois bien que ça lui fait un peu peur de grandir.

J’ai une relation fusionnelle avec mes 3 enfants. Je ressens ce qu’ils ressentent, je les comprends sans qu’ils aient besoin de me parler. Mais avec Elie la relation est un peu plus particulière. Il est solaire, joyeux, autonome, leader : il est un peu l’enfant que j’aurais aimé être. Il a le caractère des personnes avec qui je m’entends bien. Il est aussi l’enfant que j’ai failli ne jamais connaitre. Juste après que Elie ne soit né – par césarienne – j’ai perdu connaissance, je me suis réveillée 6 heures plus tard. Ma température corporelle était descendue à 34°. Je n’ai jamais su ce qui s’était passé. L’anesthésiste a rejeté la faute sur l’obstétricien en disant que l’opération avait duré trop longtemps, l’obstétricien, a dit, lui, que l’anésthésie était mal dosée. Nous ne le saurons jamais.

Ce que je sais, c’est que tout le monde a eu peur. Honeydoudou qui a eu le droit de me voir, avec ma couverture chauffante et une infirmière qui me surveillait comme le lait sur le feu – je ne me rappelle de rien – mon amie Christine, venue me voir à la maternité, et mes parents.

Depuis 7 ans, il se trouve je vis tout ce que je peux. Je ne suis pas psy mais… j’imagine que tout cela est surement lié.
J’ai décidé de profiter de chaque moment. De faire ce qui me plait, de ne plus me sentir enfermée par les contraintes. Et surtout, de ne plus subir les contraintes. Je sais que la vie est courte et que surtout, elle peut s’arrêter sans qu’on ait rien demandé. Depuis 7 ans, finalement je vis en ayant conscience de vivre…

Happy Birthday mon petit bonhomme !

elie