Type and press Enter.

Diébédo Francis Kéré

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de l’exposition consacrée à Diébédo Francis Kéré, qui a lieu en ce moment à arc en rêve  centre d’architecture. Je ne suis pas du genre à mettre des frontières entre tous les aspects de ma vie, bien au contraire. Alors vous ne serez pas étonnée de ne pas trouver de frontières ici aussi. Et si vous me suivez sur twitter, j’en ai beaucoup parlé en décembre, au moment de l’ouverture de l’exposition.

Bien sur, cette exposition Bridging the Gap – Jeter un pont, qui parle d’Afrique, qui met à l’honneur un architecte africain, ne pouvait que me toucher au coeur. Mais aussi, parce que cet architecte est un être exceptionnel de générosité, d’altruisme et d’humilité. Et je vous avoue, je suis tombée sous son charme.

La conférence était très émouvante. C’est la première fois, que je voyais des gens sortir de l’auditorium, avec la larme à l’oeil. Ce jour là, Kéré a rendu beaucoup de personnes présentes dans la salle, fiers de l’Afrique.

Diébédo Francis Kéré a raconté son travail, son enfance, lui un des premiers enfant du village parti apprendre à lire et à écrire, la promesse qu’il s’était faite de construire une école dans son village, et donner aux enfants la possibilité d’apprendre à lire et à écrire. Kéré a raconté aussi comment il a du convaincre les gens de Gando lorsqu’il a voulu construire une école en terre – et pas en béton. Faire avec les ressources locales, faire avec les gens. Une belle conférence pour une belle exposition.

Pour survivre, mon village doit se développer. Pour y parvenir, l’éducation est primordiale […] Les besoins fondamentaux de mes concitoyens ont toujours guidé mon travail.
Diébédo Francis Kéré

Lorsque nous avons demandé à Francis Kéré qui il souhaitait inviter pour l’inauguration de son exposition, il nous a donné le nom de 3 personnes de Gando, dont deux anciens. Toute l’équipe avait à coeur qu’ils soient là pour l’inauguration. Et les faire venir en France ne fut pas si facile. J’en ai passé du temps, au téléphone et par mail, en communication quasi-quotidienne avec le Burkina Faso pour arriver à leur obtenir, un visa à temps pour qu’ils puissent prendre l’avion et être là le jour de l’inauguration.

Les gens de Gando sont finalement arrivés à Bordeaux. Ils ont vu à arc en rêve, comment l’enfant du village, Francis Kéré était admiré et fêté. Je crois qu’ils étaient heureux, tout simplement. Et j’étais bien heureuse moi aussi de les imaginer retourner à Gando avec des souvenirs plein les yeux et la tête ! En les voyant arriver et découvrir la France, pour la première fois, je n’ai pu m’empêcher de penser à ma grand-mère, et d’imaginer son premier voyage en France, et ses premières impressions.

Conférence inaugurale francis kéré arc en rêve centre d'architecture

francis kéré joelle

gando village diebedo francis kere

exposition francis kéré arc en rêve centre d'architecture

(©Rodolphe Esher pour arc en rêve  centre d’architecture)

exposition Diébédo Francis Kéré – Bridging the Gap / Jeter un pont > jusqu’au 28 avril 2013
arc en rêve  centre d’architecture – grande galerie
Entrepôt – 7, rue Ferrère – 33000 Bordeaux
tél : 05 56 52 78 36

_à lire_

 Le Monde – De la terre brûlée par le soleil, Diébédo Francis Kéré créa sa modernité
> le courrier de l’architecte – Diébédo Francis Kéré, le pouce dans le sable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 comments

  1. Il est drôlement émouvant ton billet… je me souviens bien des jours précédant l’arrivée des gens de Gando sur twitter, quand tu te demandais s’ils allaient réussir à être là à temps !

    1. oh oui, quel stress ;)
      merci shalima ! bisou

  2. J’irais faire un tour dans les prochains jours …

    1. si c’est en semaine, fais moi signe ;)