Type and press Enter.

Préparer son séjour | Cuba

cuba trinidad

Cuba | Infos pratiques et conseils

Cela faisait très longtemps que Honeydoudou et moi, avions envie d’aller à Cuba.
Ce furent aussi nos premières vraies vacances sans les enfants, sans aucun enfant. Cela nous a fait énormément de bien, nous avions besoin de nous retrouver, de prendre le temps de vivre ensemble, hors du quotidien. Nous avons programmé notre séjour à Cuba pendant les vacances scolaires, et ainsi, nous pouvions laisser les enfants chez mes parents.

Pourquoi Cuba ?

Pour la salsa, pour Célia Cruz, le Buena Vista Social Club, pour son architecture, pour ses vieilles américaines, pour Fidel Castro, Che Guevarra, la révolution, pour ce petit pays qui a refusé envers et contre tout l’impérialisme américain, et pour tout le reste. Nous étions tous les deux fascinés par Cuba et avions envie de découvrir l’ile avant que tout cela ne change trop. Avant qu’il n’y ait des McDo et des Starbucks à tous les coins de rue.

Au final, nous avons découvert un pays complexe à l’histoire riche et incroyable et des gens d’une gentillesse et d’un optimisme incroyable. Bref, nous avons adoré Cuba !

cuba

Le transport

Il y a quelques années, il n’y a guère que AirFrance qui assurait une liaison régulière entre Paris et Cuba, mais depuis deux ou trois ans, Cuba est devenu une destination très à la mode. XL Airways, Corsair et Air Caraibes ont ouvert des lignes et proposent des vols à direction de La Havane et/ou d’autres villes à Cuba (Varadero, Cayo Coco, Santa Clara, Santiago de Cuba).
Pour aller à Cuba, il vous faut un passeport en cours de validité et la carte de tourisme qui fait office de visa, qui est obligatoire. Se renseigner auprès du consulat pour l’obtenir ou remplir une demande en ligne sur le site Visa Cuba. Le vol au départ de Paris dure 9h40 et il y a 6 heures de décalage horaire (quand il est 8h à Cuba, il est 14h00 en France).

cuba

cuba

L’hébergement

La grande tradition à Cuba, depuis des années est la Casa Particolar, qui est tout simplement une chambre chez l’habitant. Avant les adresses des casa particular se refilaient sous le manteau, maintenant, il y a de nombreux sites qui les listes.
Depuis l’ouverture de Cuba, les hôtels se multiplient (compter un budget plus important) et airbnb propose aussi de jolies adresses (vous pouvez trouver un peu tous les prix). La solution Casa Particolar est néanmoins toujours la solution la plus économique.Compter entre 25 et 40 CUC par nuit (+ 5 CUC pour le petit déjeuner). Votre hôte peut aussi vous proposer de déjeuner ou diner moyennant un supplément. De nombreux sites proposent des adresses de Casa Particular (nous avions trouvé la nôtre pour La Havane sur le site du Guide du Routard). Après avoir échangés avec deux ou trois hôtes, nous avons choisi celui avec qui nous avons eu un bon feeling par mail, et avec qui la communication était la plus facile. C’est notre hôte qui nous avait trouvé les Casa Particolar de Vinales et de Trinidad.
Notre Casa à La Havane : Roberto y Mari, dans le quartier du Vieux Havane. La casa était propre et la chambre climatisée, la salle de bain commune et il y avait une très grande terrasse, très agréable. Nous avons beaucoup échangé avec eux et Roberto et Mary nous ont vraiment donné l’impression d’être en famille. Adorables.
Notre Casa à Vinalès : Fidel y Maricelys. Une jolie chambre dans une casa bien agréable, avec une belle terrasse sur les toits. Et un accueil très sympa de Maricel.

nota : pensez à prendre un adaptateur pour prises type Usa

casa particolar cuba vinales

cuba

Les déplacements sur place

Pour se déplacer d’une ville à l’autre, vous avez le choix entre la location d’une voiture, les bus Viazul, les taxis collectifs ou encore les chauffeurs privés.
Nous avons exclu la location de voiture, qui aurait fait exploser notre budget et avons choisi de prendre un taxi collectif pour tous les trajets effectués dans l’ile. Le bus Viazul reste le moyen le plus économique, mais les temps de trajet nous semblaient très longs. Nous avons préféré un taxi collectif, un peu plus cher, mais plus direct, en principe. Je précise, car parfois, votre chauffeur peut décider de faire un détour pour faire une course, ou autre, mais cela fait partie de l’expérience.
Le principe du taxi collectif est de partager la voiture avec des gens qui partent au même endroit que vous. Nous avons ainsi voyagé avec un couple d’irlandais, un couple de français et un mexicain. Nous avons pu parler de Cuba, échanger nos impressions, nos bons plans, etc … Les rencontres de voyages de ce genre sont toujours très sympa et font partie pour moi du plaisir du voyage.
Pour trouver et réserver un taxi collectif à La Havane, il faut aller à la gare routière, et demander aux chauffeurs des voitures qui s’approchent, il y aura toujours quelqu’un pour vous indiquer un collègue qui part le jour même ou le lendemain. Notre hôte à La Havane avait proposé de s’occuper de nous trouver les taxis pour nos différents périples. Il avait organisé et négocié les tarifs pour tous nos déplacements, sauf celui pour Varadero. Nous sommes allés un matin tôt à la gare routière et avons très vite trouvé quelqu’un pour nous y amener. Au retour, même chose, nous avons demandé où aller pour trouver un taxi collectif, et avons trouvé quelqu’un pour nous ramener à La Havane.
Mon conseil : toujours négocier et se mettre d’accord sur le prix de la course avant le départ.

A La Havane, nous avons tout fait à pied principalement. Pour les quartiers plus éloignés, nous avons pris le bus de ville. Et pour savoir quel bus prendre, nous demandions renseignements et conseils aux gens aux arrêts de bus.

10 jours à Cuba

En préparant ce voyage, nous avons réalisé que nous ne pouvions pas visiter toute l’ile de Cuba en 10 jours. Nous avons choisi de rester dans la partie Ouest de l’ile.
Nous avons organisé notre séjour de la manière suivante. Quatre jours à La Havane, puis direction pour Vinales ou nous avons passé une nuit, le temps de découvrir sa vallée et les paysages de mogotes, ensuite deux nuits à Trinidad, une ville inscrite au patrimoine de l’Unesco et son architecture typiquement coloniale ; puis retour à la Havane, pour la fin de notre séjour, avec une excursion à Varadero. Nous avons pu ainsi découvrir et traverser des paysages assez différents, et avoir un aperçu de la beauté et de la richesse d’une partie de Cuba.

Détails de nos trajets (en voiture)

La Havane > Vinales (2-3 heures)
Vinales > Trinidad (1 bonne demi-journée)
Trinidad > La Havane (2-3 heures)
La Havane > Varadero (2 heures)

carte geographique cuba

cuba

cuba

Les repas

Nous prenions tous nos petits-déjeuner dans les Casa (compter un supplément de 5 CUC). Pour les déjeuners, c’était un sandwich ou un restaurant d’Etat (très bon marché) et le soir, un restaurant privé ou un paladar (un restaurant particulier tenu par une famille, dans sa propre maison).
J’avoue avoir été un peu déçue par la cuisine cubaine. Les plats n’étaient pas très savoureux, en général. J’ai cru comprendre que l’approvisionnement des produits n’est pas si facile que ça et que les procédures d’autorisation d’importation, longues et compliquées. Il y a aussi le souci de conservation des aliments, ce qui donne des plats ultra-cuits. Avec l’ouverture, la cuisine cubaine a une très grande marche de progression et d’amélioration. Presque tout reste à faire.

Pour les boissons, l’eau n’est pas potable à Cuba, il faut prévoir d’acheter des bouteilles. Si vous habitez chez des Cubains, ils auront très vraisemblablement un système de filtre à eau et vous pourrez remplir vos bouteilles régulièrement. Sinon, il y a le rhum. Parfois au même prix, voire moins cher qu’une bouteille d’eau. Héhé.

cuba

Les magasins

Ils sont souvent vides. A Cuba, on manque de beaucoup de chose, notamment les produits de confort. Les vitrines sont souvent plus remplis que l’intérieur du magasin. Pour trouver les produits de première nécessité, il faut aller dans des magasins de rationnement. Les fruits et légumes se vendent généralement dans la rue et les grandes boutiques ou marques étrangères vendent des articles (vêtement, déco, etc …) à des prix exorbitants. Encore une fois, n’hésitez pas de demander conseil aux cubains que vous rencontrerez au cours de votre séjour.
Mon conseil : partez avec une trousse de toilette complète, et des produits que vous pourrez laisser à vos hôtes ou aux personnes que vous rencontrerez. Nous avons fait des heureux en laissant tous nos produits de beauté et d’hygiène (cotons, coton-tiges, vernis, maquillage, produits de soin, shampoings, rasoirs pour Honeydoudou, etc … ) et également quelques médicaments courant, comme du Doliprane, par exemple.

cuba

La monnaie

A Cuba, il y a 2 monnaies : le peso cubano (la monnaie nationale – CUP) et le peso cubano convertible (CUC). Le peso cubano est la monnaie locale que tous les Cubains utilisent au quotidien. Le CUC est la monnaie utilisée par les touristes principalement. Les prix sont généralement affichés en CUC et en pesos dans certains endroits. Le système des deux monnaies est un peu complexe à comprendre au début, mais il faut vraiment bien comprendre cela pour ne pas se faire avoir. Quitte à toujours se faire préciser à votre interlocuteur si il parle en CUC ou en pesos. Les cartes de crédits sont rarement acceptées (sauf lieux pour les touristes : hôtels, restaurants, etc … ), prévoyez toujours d’avoir du liquide sur vous.
Mon conseil : échangez quelques CUC contre des pesos, c’est bien utile pour payer le bus par exemple ou consommer dans des petits bars de quartier si on l’accepte.
(Nota : en juin 2017, 1 CUC = 0,90 euros)

drapeau cuba

Les files d’attente

A la poste, dans les pharmacie, pour acheter des cartes wifi d’accès à internet, à la banque pour retirer de l’argent par exemple, on fait beaucoup la queue à Cuba. On sent la maitrise de la file d’attente à Cuba. C’est codifié ainsi : le dernier à arriver dans la queue demande qui est Ultimo ? le dernier (avant lui). Ainsi il sait après qui il doit passer. Et lorsque la personne d’après arrivera, elle demandera Ultimo ? et la dernière personne se fera connaitre. Et ainsi de suite.

cuba trinidad

Internet

Il y a encore 2-3 ans, il n’y avait pas d’Internet à Cuba. Mais les choses évoluent doucement. Il y a sur l’ile, des zones de wifi (très faciles à repérer, car il y a plein de jeunes penchés sur leur smartphone, tablette, etc … En plus de ces zones officielles de wifi, il y a les terrasses des grands hôtels (et les trottoirs aux abords de ces hôtels).
Pour bénéficier du wifi, il faut acheter des cartes de wifi, disponibles dans les points de ventes Etecsa (on les trouve dans les bureaux de télécommunication). Là aussi, armez vous de patience, car il faudra faire la queue.

la havane centre telecommunication

Arnaques et cie

Soyez méfiants si on vous accoste dans la rue pour vous proposer des cigares ou encore du rhum ou autre, à des prix défiant toute concurrence. Lorsque nous y étions, Roberto, notre hôte nous avait prévenu d’une arnaque très à la mode à l’époque : de jeunes femmes demandaient de l’argent pour acheter du lait en poudre pour leur bébé. Roberto nous avait alors expliqué que les bébés ne manquaient pas de nourriture à Cuba. Chaque mère de famille disposait de coupons-ration pour les produits de nécessité et que les Cubains manquaient cruellement de produits de confort, mais que tous avaient accès aux produits de nécessité.
Il y a aussi les diseuses de bonne aventure qui trônent vers la place de la Cathédrale et vous racontent des histoires pour quelques CUC. Attention à ne pas vous faire avoir avec les prix demandé.
Mon conseil : n’achetez jamais rien dans la rue, surtout si on vous dit que c’est l’affaire du siècle. Le rhum, les cigares s’achètent dans des commerces (certes, il faut les trouver) et à des prix affichés et très raisonnables. Si vous habitez chez des Cubains, demandez leur conseil.

 

cubaine diseuse bonne aventure