Type and press Enter.

Monday sweet note #05 | Bullet journal, oranges amères & esclavage

chicken soup

La semaine dernière est passée à une vitesse grand V. Du travail, des rendez-vous, des projets que j’essaie de poser sur le papier, des idées que j’essaie de mettre en ordre. J’ai passé pas mal de temps à organiser mon temps pour être plus efficace. J’ai donc peaufiné mon Bullet Journal et fait des confitures.
La Monday Sweet Note c’est un article un peu fourre-tout. Où je vous raconte ma semaine et aussi tout ce que j’ai bien aimé. Entre les séries, les sorties copains, les restaurants, et tout le reste… Un jour, peut-être j’arriverai à être super organisée et précise dans mes articles. En attendant …

Bullet journal, oranges amères & esclavage

Bullet Journal

Depuis que ma soeur Karine m’avait montré le sien, il y a 2 ans, je m’était mise au Bullet Journal ou BuJo pour les connaisseurs. Ou plutôt une version rudimentaire du Bullet Journal.
Comment ? Vous ne savez pas ce que c’est qu’un BuJo ? En deux mots, le Bullet Journal est une méthode d’organisation simple et personnalisable à l’envie. Le Bullet Journal a été inventé par un designer new-yorkais et son système se base sur un cahier à points bullet et des crayons. Un retour au papier et au crayon dans notre environnement envahi d’applications smartphone pour tout et n’importe quoi. Vous trouverez sur internet (ou en librairie) toutes les explications et tous les conseils utiles pour comprendre comment ça marche et pour en commencer un si ça vous dit.

Pour le moment, c’est le seul système dont je ne me lasse pas et qui, finalement me convient assez bien. En deux ans, mon Bullet Journal s’est amélioré et enrichi, mais il reste très sobre, il n’est pas (encore) une oeuvre-d’art, comme certaines qui ont des BuJo magnifiques, mais il est pragmatique et efficace. J’ai décidé de tout rassembler dans un seul grand moleskine (TchopTchop food, le blog, l’agenda familial et perso) depuis peu. Mon BuJo me sert d’agenda principalement, mais aussi de mémo, de notes au quotidien, et j’y tracke mon assiduité aux do-to lists que je m’impose tous les jours.

Coupe afro et rouge à lèvres

Je me suis enfin coupée les cheveux. J’ai essayé de les laisser pousser pendant deux ans, mais au final, je les portais toujours attachés. Il n’y a que les jours où je les lavais qu’ils étaient assez beaux et volumineux pour les lâcher. Donc pas de regrets. Il n’est pas un jour sans que je n’ai de compliments sur ma nouvelle coupe et sur le fait qu’elle me rajeunisse. C’est vrai, Audrey, qui me coupe les cheveux a très bien réussi. Elle m’a fait une coupe assez courte, genre un petit afro. Je me sens légère et n’ai plus le souci de trop m’occuper de mes cheveux. Depuis, c’est marrant, mais je mets un point d’honneur à me maquiller tous les jours, notamment les lèvres, pour donner encore plus de peps à ma coupe. Le rouge à lèvres, c’est pour déplacer le regard hors de la zone yeux (j’ai des cernes). C’est graphique, dixit ma copine Sophie. <3

joelle coupe afro

Confiture d’oranges amères & chicken soup

J’ai fait de la confiture d’oranges amères. Hyper bonne. Mais mon dieu que c’est long à faire (3 jours). Et puis j’ai varié nos diners. C’est Adam et Honeydoudou qui étaient contents. On ne dira jamais assez combien un bon diner en famille autour d’un bon plat les jours de semaine apaise les tensions du quotidien. Enfin, chez nous c’est comme ça. Elie n’a pas mangé à la cantine. La faute à un virus qui a attaqué son estomac et qui l’a cloué au lit pendant une semaine et après, il a été soumis à un régime assez strict et pas très joyeux : bouillons sans les légumes, pâtes à l’eau, riz, blanc de poulet vapeur, filet de poisson vapeur, biscottes et compotes de pommes (en gros). J’ai essayé de varier (comme se peut) ses repas et j’ai pris du plaisir à cuisiner des bouillons de volaille maison pour qu’il reprenne des forces.

confiture oranges amères

Grace and Frankie, Underground, Three Billboards Outside Ebbing, Missouri

J’ai regardé les deux premières saisons de Underground, une série qui se déroule au 19ème siècle et suit les aventures d’un groupe d’esclaves travaillant dans une plantation de coton, qui s’enfuient. Leurs destins croisent ceux de Harriet Tubman, Frederick Douglass ou encore John Brown. Le titre Underground fait référence au Underground railroad (chemin de fer clandestin) qui était un réseau de routes clandestines utilisées par les esclaves pour atteindre les états abolitionnistes et le Canada. L’histoire de la traite des noirs et de l’esclavage me passionne, et je regarde ou lis tout ce que je peux à ce sujet. C’est la première fois que je vois une série sur ce réseau de routes clandestines et sur l’histoire de ces abolitionnistes blancs qui aidaient les esclaves au péril de leur vie. Vivement la troisième saison.

underground serie

J’ai fini la saison 04 de Grace and Frankie. J’adore ! Jane Fonda et Lily Tomli sont géniales et Martin Sheen et Sam Waterston, excellents. La série parle très justement de la vieillesse et de ses répercussions et la saison 04 aborde des thèmes plus tristes comme le placement des parents en maison de retraite, la mort… Je suis fan.

grace and frankie serie

Côté cinéma, j’ai vu Three Billboards Outside Ebbing, Missouri. Les acteurs sont phénoménaux – mention spéciale à Frances McDormand et Woody Harrelson (le super mentaliste dans Now you see me). Malgré la noirceur du film (en gros : une mère qui veut que la police retrouve l’assassin et violeur de sa fille), on arrive à sourire. Perso, j’ai pas aimé la fin, mais c’est perso hein.

3 billboards outside ebbing

Havana ooh na-na

Et puis la semaine s’est terminée par une journée presque parfaite de farniente, samedi, où j’ai mis en pots mes 7 pots de confitures, bu un café au Meneghino avec Achta, fait le marché (très vite sous la pluie) et binge watché Grace and Frankie tout l’après-midi pendant que les garçons regardaient un film de voiture qui va vite avec leur père. Et puis, pendant que Honeydoudou préparait le diner crêpes, j’écoutais Havana ooh na-na en boucle et je chantais (faux) à tue-tête dans le salon. Dans ces moments là, il faut voir le visage d’Elie, qui roule les yeux au ciel et semble se dire : c’est foutu, elle est dingue.

Havana, ooh na-na (ay)
Half of my heart is in Havana, ooh-na-na (ay, ay)
He took me back to East Atlanta, na-na-na
Oh, but my heart is in Havana (ay)
There’s somethin’ ’bout his manners (uh huh)
Havana, ooh na-na (uh)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

2 comments

  1. Hello Joëlle,
    Grace à toi je découvre le Bullet Journal et je pense que c’est clairement pour moi. J’ai tout un tas de carnets, des post-it partout sur le bureau, je suis envahie par les notes et je m’y perds. Je ne parviens absolument pas à faire au numérique pour tout ce qui est “agenda” car ce n’est clairement pas pour moi. A priori, j’ai donc trouvé lé méthode thanks ! :)

    Pour la fin de Three Billboards Outside Ebbing, Missouri… je comprends ton soucis avec la fin. Sur le coup, elle m’a un peu frustrée mais par la suite elle m’a fait beaucoup réfléchir. Et quand on sort d’un film avec plus de questions que de réponses, c’est plutôt bon signe. Je ne vais éviter de spoiler, mais je dirai que cette fin va en droite ligne avec le vrai sujet du film qui n’est pas forcément la découverte d’un coupable mais plutôt la parcours d’être humains pour qui la vie n’a pas été tendre et qui sont devenus extrêmement durs avec les autres et avec eux-mêmes. Et il est vrai que cette fin laisse une question en suspens, c’est difficile et douloureux pour le spectateur… à nous d’apporter une réponse à cette question finale. Que ferais-je en pareil cas ? Pour moi le film laisse une note d’espoir avec la dernière réplique et je me dis que les personnages en question ont déjà fait une partie du chemin vers une renaissance, ou tout du moins la seconde partie de leur vie, “l’après”. Donc j’ai bon espoir pour eux… mais c’est juste ma lecture de cette histoire infiniment douloureuse…

    1. Complètement d’accord avec toi pour la fin du film ! Je n’ai pas aimé, mais elle m’a faite réfléchir, effectivement :) Pour le bullet journal, tu trouveras plein d’exemples sur les blogs (notamment celui de ma copine Shalima Merci pour le chocolat) et il y a aussi pas mal de petits livres sur le sujet, avec des méthodes et exemples concrets pour toutes les thématiques (agenda, ciné, livres, organisation maison, etc …).