Type and press Enter.

Monday Sweet Note #08 | Mennel

venise chapelles rue

Je suis souvent désespérée par le peu de bienveillance que l’on rencontre au quotidien. La société dans laquelle nous vivons est dure, avec elle même et avec les autres. Je ne changerais pas le monde avec mes idéaux d’égalité et de justice sociale, mais si je peux déjà, à mon niveau insuffler autour de moi des valeurs de gentillesse et de bienveillance, et dénoncer la haine, l’intolérance et l’injustice, je le ferais.

Ce n’est pas pour lancer un débat, mais j’avais envie (et besoin aussi peut-être) de m’exprimer sur ce qui a beaucoup occupé mon fil FB cette semaine. Mennel, cette jeune chanteuse à la voix claire, qui a fait se retourner les quatre juges de The Voice et qui quelques jours plus tard s’est vue contrainte de quitter l’émission, prise dans une polémique et une machine à broyer implaquable.

Parce que ça m’a révolté.
On a manqué de bienveillance dans cette histoire.

Je ne saurais mieux l’écrire, alors je vous encourage à aller lire la tribune d’un professeur de philosophie dans Libé, intitulé Mennel, une Française ordinaire, et l’article de Claude Askolovitch dans Slate Zemmour, Mennel et l’anti-France qui collent pile poil à mon sentiment sur cette affaire.

Ce qui m’a rendu le plus triste, le plus déprimant, à vrai dire, c’est ce manque de faculté à pardonner même les erreurs de jeunesse. La jeunesse, cette période de vie qui devrait permettre les erreurs. Maintenant, la moindre erreur de jeunesse est gravée dans le marbre des réseaux sociaux, n’importe qui peut se lever pour dénoncer n’importe quoi. Je suis effarée par la violence des haters sur internet.

Quelle triste époque, où on ne pardonne plus, on tue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 comments

  1. Bonjour,
    Je ne regarde jamais TF1, M6 et compagnie (question de principe) par conséquent je suis passée à travers cette polémique.
    C’est avec cet article que l’info est arrivée jusqu’à moi. Alors j’ai cliqué sur les liens, j’ai lu les articles et j’ai un peu fait fonctionner mes méninges. A notre époque, plus que jamais nous devons réfléchir, comprendre, nous interroger, nous remettre en question, discuter, échanger nos points de vue… avec bienveillance.
    Oui Joëlle a tellement raison de parler de cette bienveillance qui disparaît comme une peau de chagrin.
    Prenez le temps de lever le nez dans la rue, prenez le temps de regarder autour de vous : chaque instant est propice à un acte bienveillant, un sourire, un mot gentil à un inconnu au supermarché (au lieu de râler parce que “ça n’avance pas”), “au revoir” au chauffeur de bus, et j’en passe.
    Alors oui Joëlle, ne baissons pas les bras, restons bienveillants et indulgents.
    Laurence

    1. Merci Laurence. Ne baissons pas les bras !!

  2. N’ayant pas suivi cette émission,j’ignore ce dont tu parles??? Chris 06

  3. superbe!