Type and press Enter.

Le poivre de Kampot

poivre kampot

Lorsqu’on a préparé notre voyage au Cambodge, nous avons du faire des choix. Nous ne pouvions pas évidemment pas voir tout le pays en 15 jours. Parmi les incontournables il y avait Angkor bien sur, mais il y a une région que je voulais absolument visiter et que j’ai imposé : celle de Kampot et de Kep. Les deux pour une raison purement gastronomique, je voulais visiter la Plantation de poivre dont m’avait parlé mon ami Jean-Louis, et je voulais gouter le crabe au poivre de Kampot.

la Plantation

La Plantation est une ferme certifiée de l’appellation Poivre de Kampot mais aussi un projet d’agrotourisme social, créé par un couple franco-belge : Nathalie et Guy Porré. Lors d’un séjour au Cambodge, ils tombent amoureux du pays. Ils décident alors de s’y installer et de créer cette plantation. La Plantation soutient également une école et permet à une centaine d’élèves de bénéficier d’une scolarité complète. 

Il y a également dans ce projet une volonté de préservation et sauvegarde du patrimoine architectural khmer. Le bâtiment principal qui fait office d’accueil, lieu de dégustation et restauration, est un ancien réfectoire pour moines (une sala chan), à l’abandon dans une pagode, rachetée et ré-installée dans la plantation. Chaque pièce a été numérotée, démontée, transportée et remontée. C’est assez incroyable quand on y pense !

poivre kampot
poivre kampot plantation

un site majeur d’agrotourisme

Depuis sa première récolte en 2016, la Plantation est devenue un site majeur d’agrotourisme et produit un Poivre de Kampot certifié bio, reconnu comme un des meilleur du monde. En plus du poivre de Kampot, la Plantation produit également du curcuma, des épices et des fruits locaux.

Tous les jours, de 9h à 18h, les visites sont gratuites et disponibles en khmer, français et anglais. En arrivant, nous avions un peu de temps devant nous avant la visite suivante, nous nous sommes installés dans le magnifique sala chan pour boire un jus de mangue pour les garçons et Honeydoudou et un café cambodgien (ma passion depuis ce voyage). 

Nous avons ensuite assisté à une visite de la ferme et tout appris du poivre de Kampot, son histoire, sa production traditionnelle, la façon dont il était récolté (à la main) et séché pour donner les différents poivres : le poivre vert, le noir, le rouge et le blanc. La fin de la visite s’est terminée par une dégustation des différents poivres. 

La Plantation – Kampot Pepper

Situé entre Kampot et Kep, le site est magnifique, entre le lac Secret et la montagne du Bokor. Il faut compter moins d’une heure en tuktuk pour s’y rendre depuis Kampot. Entre les différentes visites proposées, le lieu extraordinaire et les deux restaurants, on peut y facilement passer la journée.

Pour notre part, nous avions négocié avec notre chauffeur de tuktuk toute une journée pour faire un détour et voir Phnom Chhngok Cave Temple, un temple datant du 7ème siècle creusé à même la montagne et ensuite pour aller visiter le marché de poisson à Kep et y manger un crabe au poivre vert.

Je fais une petite parenthèse sur Phnom Chhngok Cave Temple. Honeydoudou et Adam ont eu envie de visiter la grotte. Elie et moi sommes restés. En voyant le boyau dans lequel il fallait descendre, mon instinct m’a conseillé de ne pas y aller. J’ai eu raison, certains passages sont très étroits, et je ne suis pas sure que j’aurais pu passer. Honeydoudou me l’a confirmé. C’est malheureusement le genre d’avertissement que les jeunes du village qui s’improvisent guides de la grotte ne donnent pas. Pour finir : si on est pas sportif et enrobé, je ne conseille pas. Par contre, la campagne autour est magnifique et nous avons passé une bonne heure à visiter les alentours. 

kampot poivre

un peu d’histoire

Les premiers à avoir cultivé du poivre dans la région de Kampot furent des chinois originaires de l’île de Haïnan (on retrouve la trace du poivre de Kampot dans des récits de voyage datant du 13ème siècle). A la fin du 19ème siècle, les français décident d’en faire une région productrice de poivre et intensifient la production. Le port d’ou partait le poivre était Kampot, d’où le nom. Kampot était donc une région traditionnellement ancrée dans la production de poivre, jusqu’à l’arrivée des Khmers rouges, qui n’y trouvant aucun intérêt ont détruit presque toutes les plantations pour les remplacer par du riz. Ce n’est que depuis une vingtaine d’année que la production de poivre a repris. Le poivre de Kampot est le premier produit cambodgien à bénéficier d’une IGP (Indication Géographique Protégée), et ce depuis 2010.

les différents poivres

Les baies de poivres sont toutes issues de la même plante le piper nigrum, la variété principale, mais cueillies ou traitées à différents stades de maturité. A Kampot, les grappes de poivre commencent à se développer sur la plante à partir du mois de Septembre.

– Le poivre vert : il atteint sa maturité à partir de 4 mois. C’est avec lui que l’on cuisine le Crabe de Kep sauté au poivre vert (le plat emblématique de la région). On ne le consomme que sur place, il n’est pas exporté.
– Le poivre noir (notes fruitées et mentholées) : les grappes mures sont cueillies à la main à partir du mois de Janvier. Elles sont ensuite égrainées, lavées et séchées au soleil pendant deux ou trois jours. C’est le séchage au soleil qui les fait noircir. Idéal avec une viande de boeuf ou un poisson. A moudre frais directement dans l’assiette.
– Le poivre rouge (notes fruitées et fleuries) : les grains murissent sur la grappe. Il est récolté mur, à la main au mois de mars. Les grains sont ensuite lavés et séchés au soleil. Le poivre rouge est moins épicé que le poivre noir. Il est parfait pour accompagner les fruits (fraises, poires).
– Le poivre blanc (notes épicées et un soupçon de menthol) : il est issus de la transformation du poivre rouge. Il est trempé une nuit pour enlever son enveloppe. Il a un gout épicé intense.

poivre kampot

Bonne semaine à tous !
Prenez soin de vous.
Je vous embrasse !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

4 comments

  1. Merci Joëlle pour ce beau reportage sur Kampot,je viens juste de rapporter du poivre d’une boutique aux Galeries La Fayette et vos belles photos m’en apprennent un peu plus sur ce poivre et la région.J’adore votre blog qui reflète bien votre personnalité comme je la lis sur votre présentation :chaleureuse,enjouée,optimiste,curieuse du monde avec beaucoup d’empathie et désireuse de partager ce que vous aimez.Continuez à nous apporter du rêve et du sourire.Bonne journée et au plaisir de vous lire,

    Nadine Durant

    1. Merci infiniment Nadine pour votre commentaire. Je suis très heureuse de partager ce que j’ai la chance de pouvoir découvrir, ici ou ailleurs. Merci vous me donnez de bonnes raisons de continuer. ;)

  2. J’ai adoré l’,histoire du poivre “Kâmpôt” !Merci beaucoup pour ce voyage avec toi au Cambodge ..

    1. Ça me fait plaisir Annick ! Merci de me lire.