ataya the menthe senegal

Aujourd’hui je vous emmène au Sénégal. On va apprendre à faire l’Ataya, le thé à la menthe, version Sénégal/Mauritanie. Ce que j’adore au Sénégal, c’est la tradition du thé. Pour accueillir un ami, pour clôturer un repas, pour une conversation entre amis, pour parler business, il y a toujours du thé à la menthe. L’Ataya c’est la cérémonie du thé façon Sénégal, un moment d’hospitalité, prétexte pour se réunir, discuter, passer du temps ensemble. Un élément majeur de la Téranga (l’hospitalité) chère au coeur de tous les sénégalais.

J’ai toujours eu chez moi, une théière en alu pour faire l’Ataya. J’avais découvert cette boisson et cette convivialité quand j’étais étudiante et que j’avais plein de copains sénégalais. Mais je n’avais pas les jolis verres à thé que je voyais au Sénégal. Alors avant de rentrer en France, je suis allée dans une des boutiques de l’Avenue Hassan II à Dakar pour acheter les verres à thé pour l’Ataya et en ramener à Bordeaux. Malheureusement, je ne peux plus faire d’Ataya, car j’ai maintenant une plaque à induction, et n’ai pas encore trouvé la petite théière qui convienne.

L’Ataya

Si vous allez au Sénégal, regardez bien, vous verrez souvent sur petits perrons devant les boutiques ou les maisons, des petits réchauds à gaz, ou des foyers de charbon. C’est pour l’Ataya qu’on appelle aussi les trois normaux. Lors de notre dernier séjour au Sénégal, nous étions partis passer une journée à Toubab Dialao. Une journée de détente entre amis avec la plage et la mer à nos pieds. On a demandé à Issa, un beau jeune homme du quartier si il pouvait nous faire du thé. On lui a donné l’argent pour aller acheter la menthe et le thé, il est revenu quelques instants après avec tout ce qu’il fallait pour faire l’Ataya. Je lui ai demandé si il pouvait me montrer comment on faisait le thé, il a dit oui, bien sur. Quand je lui ai demandé si je pouvais prendre des photos, il a dit : oui, si tu veux.

Plus qu’une boisson, l’Ataya est un art de vivre. C’est pour beaucoup de sénégalais, un des moments important de la journée. Un peu comme l’apéro en France, c’est un vrai moment de convivialité et de partage. L’Ataya c’est généralement en milieu d’après-midi, mais ça peut être à la fin du repas, en dessert, ou bien dans la matinée, si l’occasion d’un se présente.
L’Ataya est aussi représentatif d’une certaine solidarité. Vous pouvez voir au Sénégal, des jeunes gens sans travail, se regrouper, pour participer à l’achat des ingrédients qu’il faut pour préparer l’Ataya. Chacun donne ce qu’il peut pour un peu de menthe, sucre, et thé. Il y a toujours quelqu’un pour prêter une théière et le fourneau à charbon.

Différente du thé à la menthe marocaine, le thé à la menthe façon sénégalaise est une boisson très forte, très sucrée et très chaude. Elle est très différente du thé à la menthe marocain. Cette boisson vient des touaregs du désert car boire ce thé très chaud est en fait une façon de lutter contre la chaleur. Boire chaud quand il fait chaud évite au corps de fournir un effort pour réguler la température du corps par rapport à celle de la boisson, et surtout, provoque la transpiration et de ce fait permet au corps d’évacuer la chaleur.

ataya the menthe senegal

Un moment de partage

L’Ataya, c’est un vrai moment de partage, de convivialité. C’est une boisson particulièrement longue à préparer et à servir. Il faut prendre son temps, ça pose les bases. Il faut compter 1h00-1h30 pour préparer et boire les “trois normaux”. On parle souvent de cérémonie pour l’Ataya. C’est effectivement tout un rituel, sur la durée et qui permet aux gens de prendre le temps de savourer le thé, mais aussi les conversations, la compagnie. C’est un moment spécial où les conversations se créent, se relations se fortifient. On prend le temps, de se parler, d’être ensemble, tout simplement.

En général, si on vous invite pour le thé, il faut prévoir de rester pour les trois thés. C’est un rituel bien précis. On doit boire trois thés, le premier très amer, le deuxième un peu moins amer, et le troisième plus doux. Au Sénégal on dit que le premier Leweul est amer comme la mort, le deuxième Niarel, doux comme la vie, et le troisième Tarhis sucré comme l’amour.

L’Ataya, c’est aussi un acte social  à portée de toutes les bourses, et qui permet à tout le monde de partager des moments de convivialité, de solidarité et également de pouvoir faire honneur à un invité et de cultiver cette notion de Terranga (l’hospitalité) si importante au Sénégal. 

Ataya, le thé à la menthe au Sénégal

Pour l’Ataya, il vous faut un matériel particulier : une petite théière en alu ou tôle emaillée, qui va sur le feu, des verres à thé, une assiette ou un petit plateau en alu, un bout de papier plié pour boucher le bec de la théière, un réchaud de gaz ou foyer de charbon et de l’eau à disposition pour rincer les verres et le plateau si besoin. Il vous faut ensuite les ingrédients indispensable : du thé vert de Chine, du sucre, de la menthe fraiche et de l’eau.
Le thé doit bouillir mais ne jamais déborder (d’où le papier plié pour boucher le bec de la théière, si besoin). Si vous n’avez pas de menthe fraiche, vous pouvez remplacer par des pastilles valda (j’ai gouté une fois l’Ataya fait ainsi, on a l’impression de boire de la pastille valda, c’est fort).

La préparation

Le premier thé

On fait bouillir l’eau et le thé dans la théière. Boucher le bec de la théière avec du papier pour éviter que ça déborde. Lorsque l’eau bout, on la retire du feu pour qu’elle ne déborde pas. On baisse alors le feu et on fait tourner régulièrement l’eau dans la théière. On va laisser le thé bouillir une vingtaine de minutes. Au bout de 5 minutes, on ajoute le sucre dans la théière. On attend 5 minutes et on verse le thé dans un verre. Sa couleur est marron foncé. On reverse le thé du verre dans la théière. On laisse encore 2-3 minutes, avant de reverser le thé dans un verre. On transvase ce thé dans un deuxième verre, en levant bien haut le verre pour aérer et faire de la mousse. Le but est d’obtenir à la fois une belle mousse et refroidir le thé. On fait cette opération plusieurs fois. Il faut qu’il y ait au moins 1 cm de mousse dans le verre. On verse une dernière fois le thé dans la théière, on fait tourner le thé dans la théière et on verse le thé dans tous les verres. Le premier thé est prêt.

Le deuxième thé

Quand chacun a fin de boire, on rince les verres. On rajoute de l’eau dans la théière, à feu doux qu’on augmente. Lorsque l’eau est prête à remonter, on retire la théière du feu pour qu’elle ne déborde pas, on fait tourner l’eau d’un mouvement circulaire et on verse l’eau de la théière dans un verre. On enlève 2/3 des feuilles infusées du premier thé. On ajoute du thé et on reverse le thé du verre dans la théière. On fait bouillir à petit feu pendant une dizaine de minutes. On verse du thé dans un verre, et puis on ajoute le sucre. Pendant ce temps avec le verre de thé on prépare la mousse en transvarsant le thé de verre en verre avec un geste ascendant. On ajoute de la menthe fraiche et on laisse chauffer encore 5 minutes. Il ne faut pas faire bouillir trop longtemps avec la menthe, sinon le thé deviendra trop amer. On refait comme pour le premier thé, on transvase de verre en théière, puis de théière en verre, et de verre en verre. Le deuxième thé est prêt.

Le troisième thé

Il se prépare comme le deuxième.

Les proportions pour 5 verres de thé

Les mesures se font avec le verre à thé.

Pour le 1er thé : 4 verres d’eau + 1 verre rempli aux 2/3 de thé vert de Chine + 1 verre de sucre semoule
Pour les 
2ème et 3ème thés : 4 verre d’eau + 1 verre rempli aux 2/3 de thé vert de Chine + 1 verre de sucre semoule + 1 poignée de feuilles de menthe

ataya the menthe senegal

Comme dans tous les rituels il y a des règles, qu’elles soient dites ou non-dites. Une des règles, c’est que l’Ataya ne doit pas être précipité. Si on veut que ce soit bon, il faut le préparer lentement. Ce thé à la menthe se boit en trois fois. Accepter l’Ataya, c’est prendre le temps de se poser, de discuter le temps des 3 thés.

La plupart du temps, celui qui prépare l’Ataya est souvent un jeune homme (rarement les filles ou les femmes). On sert d’abord les vieux, puis les invités, ensuite les hommes, et enfin les femmes. Pas de thé pour les enfants. On prévoit toujours un peu plus de thé pour en proposer aux gens qui passent. On lave les verres entre chaque thé.

Le premier thé est généralement réservé aux hommes (quand nous étions au Sénégal, les gens étaient souvent étonnés quand je demandais à boire le premier thé). Généralement il y a deux ou trois verres à disposition, il faut donc boire son verre rapidement pour que celui qui prépare le thé l’utilise pour le rincer et servir quelqu’un d’autre. On boit son thé en l’aspirant bruyamment, pour refroidir le thé et pour montrer aux autres qu’on se dépêche de le boire, en signe de respect.

ataya the menthe senegal

Si tu as aimé cet article, n'hésites pas à le partager ! Merci <3
  • 38
    Partages